La Semaine bleue : des dizaines d’animations dans la région lyonnaise 

A compter d'aujourd'hui et jusqu’à vendredi, se déroule dans toute la France, la semaine consacrée aux aînés. L’occasion, dans la région lyonnaise, de découvrir des techniques adaptées aux seniors et des thématiques destinées aux accompagnants.  

Face à une population âgée de plus en plus importante, la semaine bleue prend également de plus en plus d'importance. Pour la 70e édition consacrée aux aînés, née en 1951. Le vivre chez soi constitue une thématique essentielle pour la plupart des personnes âgées. 

Pour bon nombre de gens, pour bon nombre de familles, continuer à vivre chez soi le plus longtemps possible est une composante déterminante de la vie. « Ce constat que confortent de nombreux sondages d’opinion repose sur le désir massivement exprimé par les personnes âgées de vivre leur âge dans un environnement et un habitat respectueux de leur autonomie et préservant le vivre ensemble dans leur territoire », souligne l’Union nationale interfédérale des œuvres privées sanitaires et sociales (UNIOPSS), coordonnatrice de l’événement depuis sa création. Qu’il soit individuel ou collectif, cet habitat se concrétise de plus en plus sein d’un établissement social ou médico-social. Dans ce cas, il doit être animé pour être un véritable lieu de vie.  

Moitié plus de 65 ans d'ici vingt ans

Tandis que le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus devrait augmenter de 45% à l'horizon 2040, alors que les plus de 80 ans seront 70 % plus nombreux qu’aujourd’hui, la Semaine bleue peut être l’occasion d’inverser le regard porté sur les aînés. Une population qui ne se reconnaît ni dans l’image de la dépendance et ni dans la seule charge que représenteraient pour la collectivité le poids des retraites et des dépenses de santé.  De même que les âgés d’aujourd’hui ne se reconnaissent pas davantage dans le stéréotype consumériste véhiculé par certains médias. Non, « tous les retraités n’ont pas nécessairement envie, au gré des opportunités fiscales, d’aller vivre leur temps de retraite au Portugal ou au Maroc et les plus âgés ne sont pas nécessairement « dépendants » ou résidents d’Ehpad », croit utile de rappeler l’association reconnue d’utilité publique.  

Habitat, alimentation, vie sociale et culturelle

Bien vivre son âge dans son territoire, nécessite toutefois une attention que l’on a coutume désormais d’identifier en termes de prévention de la perte d’autonomie.  Bien vivre son âge, c’est aussi bien s’alimenter en prenant en considération les besoins nouveaux notamment en quantité et en variété car ils évoluent avec l’âge et en conservant quand c’est possible la dimension sociale du repas. Bien vieillir, c’est aussi disposer d’un habitat adapté autant dans sa localisation géographique que dans son aménagement intérieur. L’aménagement du logement et les équipements plus ergonomiques compensent les altérations fonctionnelles et permettent d’éviter les accidents de la vie quotidienne.  

Ouverture et proximité avec les voisins, inclusion sociale des personnes âgées, lutte contre la fracture numérique, participation à la vie culturelle, aux relations intergénérationnelles, tous ces aspects doivent être pris en considération. Un grand nombre de collectivités proposent des conférences des animations sur ces thématiques.  Parmi les temps forts proposer dans la métropole lyonnaise, des ateliers concernant la prévention des chutes, les ateliers sensoriels sur le thème du voyage, des échanges sur le rôle et les difficultés des accompagnants, ou encore sur la dénutrition. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
génération senior société