• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Lyon, 10 chauffeurs Ouibus licenciés pour avoir refusé d'être “sous-traités”

Ce mercredi, 10 chauffeurs de cars Ouibus ont appris leur mise à pied et leur licenciement. Ils refusaient leur transfert dans une société sous-traitante, incluant la perte des avantages de leur contrat de travail.

Par Mathieu Boudet

Des chauffeurs lyonnais de Ouibus, un des transporteurs issus des fameux "Cars Macron", ont été mis à pied et licenciés ce mercredi 7 juin, après avoir refusé de travailler pour un sous-traitant.

Les salariés de la célèbre filiale de la SNCF ont reçu, le 1er juin dernier, un courrier recommandé leur signifiant le transfert automatique de leur contrat vers la société Faure, à Valencin. Un transfert qu'ils refusent, dénonçant la perte des avantages de leur contrat initial : « on perdra entre 6 000 et 8 000 euros net par an, et tous les avantages de notre ancien contrat avec la SNCF », dénonce Amar Merabet, conducteur Ouibus à Lyon depuis un an et demi.

On est licencié pour faute grave alors qu’on a rien fait d’autre que travailler


Les 10 chauffeurs se sont présentés à leur nouvelle entreprise, mais ont refusé de prendre leur poste. Ce mercredi, après avoir constaté leur refus de travailler, leur nouvel employeur leur annonce leur mise à pied immédiate et leur licenciement au 15 juin prochain.  « On est perdu, démoralisé, et licencié pour faute grave alors qu’on a rien fait d’autre que travailler », explique Amar Merabet.

"Garantir l'emploi"


Pour la société Ouicar, le site lyonnais, trop petit, n'était pas adapté au bon fonctionnement du service. Pour justifier la fermeture du site, la direction fait valoir le manque, notamment, de machines à laver les véhicules, de pompes à essence, ou encore d'espaces de repos pour le personnel. 

« Nous n’avons pas souhaité licencier ces salariés par respect pour eux, et nous avons obtenu la garantie du maintien de leur emploi », explique le Directeur Général de Ouibus, Roland de Barbentane.  

«On a proposé une reconversion pour 8 personnes, et le salaire des 12 salariés transférés est garanti plusieurs mois », ajoute-t-il. Ce mercredi, 2 conducteurs ont finalement accepté leur nouveau contrat dans l'entreprise Faure. Les 10 autres ont perdu leur emploi.

Et à Lyon, Ouibus n’a plus aucun salarié.

Sur le même sujet

Archives : les 20 ans du classement du Vieux-Lyon

Les + Lus