Lyon aura (aussi) son Mémorial de la Shoah

Le choix du lieu de la construction du Mémorial de la Shoa s’impose, ce sera la Place Carnot, à proximité de la gare de Perrache d’où est parti le 11 aout 1944 le dernier convoi de déportés de Lyon. / © FTV
Le choix du lieu de la construction du Mémorial de la Shoa s’impose, ce sera la Place Carnot, à proximité de la gare de Perrache d’où est parti le 11 aout 1944 le dernier convoi de déportés de Lyon. / © FTV

Le projet d'un Mémorial de la Shoah à Lyon a été lancé officiellement ce vendredi 13 septembre. Soixante-quinze ans après la libération de Lyon, l'ancienne capitale de la résistance va enfin avoir son Mémorial de la Shoah comme Paris, Toulouse ou Marseille.

Par Sophie Valsecchi

Soixante-quinze ans après la libération de Lyon, l'ancienne capitale de la résistance va enfin avoir son Mémorial de la Shoah comme Paris, Toulouse ou Marseille. Le projet d'un mémorial de la Shoah à Lyon a été lancé officiellement ce vendredi 13 septembre, en présence de Claude Bloch et Benjamin Orenstein, tous deux rescapés des camps.
Le choix du lieu de sa construction s’impose, ce sera la Place Carnot, à proximité de la gare de Perrache d’où est parti le 11 aout 1944 le dernier convoi de déportés de Lyon.

La place Carnot qui, via la rue Victor Hugo, se trouve en droite ligne de la place Bellecour et du Veilleur de Pierre qui a été érigé après-guerre et dédié à la résistance mais aussi aux victimes juives. Avec ce projet, c’est donc un axe mémoriel qui se dessine.
 

Lyon n’est pas simplement la capitale de la résistance

Ce mémorial se veut être un symbole fort du devoir de mémoire pour rappeler "l’indicible" tragédie de la shoah dans la capitale de la résistance.
C’est à Lyon le 9 février 43 que 86 juifs furent arrêtés rue Ste-Catherine sur ordre de Klaus Barbie. Déjà en aout 1942, 1016 juifs étrangers avaient été  raflés et internés à Vénissieux, et grâce à des associations chrétiennes 108 enfants avaient rechapé à la déportation.

La forme du futur monument n’est pour l’instant pas définie. Un concours d’artiste sera lancé. "Les artistes à travers une œuvre abstraite devront interpeller les passants sur la réalité de la shoah" explique Jean-Olivier Viout, le président de l’association  qui porte le projet.
Il n'y aura aucun nom sur le monument, seule cette inscription, "en mémoire des 6 millions de victimes dont 1,5 million d’enfants, 1933-1945. 6200 venant de notre région".
 

Une levée de fonds nécessaire à sa construction

Un comité de pilotage est créé pour lever les fonds nécessaires à sa construction. Une association pour l'édification de ce Mémorial à Lyon a donc lancé  un concours d'architecte. Une levée de fonds est également en cours pour financer son fonctionnement. Chaque citoyen pourra participer à son financement.

Sur le même sujet

L'interview de Laurent Soullier, commandant la CRS Alpes

Les + Lus