• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : des enseignants font la grève du bac

Jusqu'à 50 % de grévistes dans certains lycées de Lyon, pour le deuxième jour du bac, mercredi 19 juin, pour protester contre la réforme de Jean-Michel Blanquer le Ministre de l'Education Nationale. Photo d'illustration. / © F. Florin / AFP
Jusqu'à 50 % de grévistes dans certains lycées de Lyon, pour le deuxième jour du bac, mercredi 19 juin, pour protester contre la réforme de Jean-Michel Blanquer le Ministre de l'Education Nationale. Photo d'illustration. / © F. Florin / AFP

Aucune incidence sur les examens jusqu'à présent, mais de nombreux professeurs font la grève du bac dans la Métropole de Lyon, en refusant de surveiller certaines épreuves. Les syndicats et le Ministère de l'Education Nationale s'affrontent sur les chiffres réels de la participation.

Par Renaud Gardette

Est-il possible d'échapper au temps?  C'était l'une des questions de l'épreuve de philosophie mardi 18 juin: il n'est en tout cas pas possible d'échapper au mouvement de grève de certains professeurs dans l'académie de Lyon.
 

A Lyon, jusqu'à 60% de grévistes pour les syndicats 


Les syndicats Snes-FSU et SUD-Éducation affichent des taux de grévistes, mardi 18 juin, parmi le personnel convoqué pour surveiller le bac par lycée à Lyon :  
 
  • lycée Doisneau: 30%
  • lycée Descartes et à Saint-Just: 35 %
  • lycée Chaplin: 40%
  • lycées Récamier, Chabrière et Camus: 50%
  • lycée Sembat: 60%

Cette grève a été lancée par une intersyndicale très large allant de Sud et la CGT au SNES Fsu, Sneps, FO et du Snalc."Ce qui est inédit, c'est que même les syndicats de l'enseignement privé et agricole participent. Je n'ai jamas vu cela" témoigne Manuel Milet-Anselmo, professeur d'histoire géographie et secrétaire de section Snes-Fsu au lycée Albert Camus de Rillieux-la-Pape, qui affichait mardi un taux de grévistes de 50%.

Les syndicats l'affirment : "Nous sommes mobilisés depuis décembre contre cette loi (Blanquer) sans obtenir de négociation. La mobilisation des enseignants est sans précédent depuis 1968: nous ne voulions surtout pas faire la grève des surveillances mais en désespoir de cause, nous nous y sommes résolus le 31 mai. Depuis, il n’y a eu aucun dialogue."

Au coeur des revendications, la réforme qui doit mettre en place un certain nombre de spécialités dans les lycées, répartis sur plusieurs établissements. "Les spécialités ne seront pas disponibles partout. Les lycées de centre-ville seront beaucoup plus pourvus par rapport aux lycées de banlieues" insiste Manuel Milet-Anselmo.
 

Le Ministère conteste les chiffres


Sur France Inter, Jean-Miche Blanquer le ministre de l'Éducation nationale, a jugé cette grève "incompréhensible par le fait qu’elle soit le jour du bac, c’est d’ailleurs pour ça que l’immense majorité des professeurs ne la suit pas”. Il estime à 5 % le nombre de grévistes parmi les enseignants, et assure que leurs absences ont été “surcompensées”.

Dans un communiqué, le Ministère de l'Education Nationale a communiqué ses chiffres de la participation au mouvement de grève pour la totalité des académies, sans donner de détails par régions:
 
  • moyenne générale pondérée: 0,66 %
  • moyenne enseignants pondérée: 0,69 %
  • moyenne pondérée enseignants 1er degré: 0,02 %
  • moyenne pondérée enseignants 2d degré: 1,31 % 

"Notre grève a été minimisée, voire occultée avec des chiffres mensongers" affirment les syndicats qui ajoutent qu'une Assemblée Générale lundi 17 juin a réuni 250 grévistes à Lyon. Les surveillances sont assurées par d'autres personnels, "de manière insatisfaisante par des non enseignants(retraités, surveillants, personnel administratif...)" selon les syndicats. Une deuxième Assemblée Générale, mardi 18 juin, a réuni moins de monde.

Le mouvement pourrait reprendre le 27 juin, premier jour du brevet des collèges.
 

Sur le même sujet

Agression du maire de Saint-Alban-les-Eaux lors de la fête du 15 Août

Les + Lus