Lyon : il conduit sous drogue, s'accidente, brûle sa voiture et porte plainte

Un habitant de Saint-Priest, près de Lyon, a tenté une escroquerie à l'assurance après avoir accidenté son véhicule, le 21 septembre dernier. Dans ce but, il s'est embarqué dans une série d'infractions qui le conduisent devant le tribunal.

L'homme avait accidenté son véhicule après avoir consommé du gaz hilarant. Il a décidé d'y mettre le feu puis de le déclarer volé pour faire jouer son assurance.
L'homme avait accidenté son véhicule après avoir consommé du gaz hilarant. Il a décidé d'y mettre le feu puis de le déclarer volé pour faire jouer son assurance. © Thomas Padilla / Maxppp

Si l'expression "l'arroseur arrosé" devait trouver son illustration, voilà un sérieux candidat. Un habitant de Saint-Priest, dans la métropole de Lyon, a multiplié les infractions, le 21 septembre dernier, pour tenter d'escroquer son assurance. Le bilan est -pour lui- catastrophique.

 

La victime devient suspect

Ce jour-là, le jeune homme de 19 ans, habitant à Saint-Priest (Rhône), se rend au commissariat pour porter plainte contre X. Il déclare s'être fait voler son véhicule devant son domicile, entre 00h30 et 15h le jour même. Le véhicule est alors recherché par la police, qui fait rapidement le lien avec une voiture brûlée un peu plus tôt cette nuit-là, sur le rond-point de la Pape à Caluire : les pompiers avaient dû intervenir pour circonscrire un incendie sur un véhicule vers 2h30 du matin. Mais lors de l'enquête, les agents de la Brigade de Sûreté Urbaine de Saint-Priest établissent que le plaignant était dans cette zone, à Caluire, peu avant l'incendie. La victime supposée devient suspect présumé.
 

Multiples poursuites

Convoqué par les policiers et placé en garde à vue, l'homme passe aux aveux : cette nuit-là, il conduit en consommant du gaz hilarant, perd le contrôle de son véhicule, et s'accidente seul sur le rond-point. Pour être couvert par son assurance, il décide d'y mettre le feu et de déclarer un faux vol. Confondu par l'enquête, il est poursuivi pour "déclaration mensongère ayant entraîné des recherches inutiles", "dégradation par incendie", "délit de fuite" et "défaut de maîtrise". Par ailleurs, la société d'exploitation du boulevard périphérique de Lyon dépose une plainte contre lui pour les dégradations subies sur le rond-point. L'accusé doit comparaître le 1er octobre prochain au tribunal de Lyon, pour connaître sa peine. Cerise sur le gâteau : son véhicule n'était en fait pas couvert par l'assurance au moment de l'accident. En revanche, l'arrosoir était plein...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers