Lyon : La manifestation contre les violences faites aux femmes rassemble plusieurs milliers de personnes

Publié le Mis à jour le
Écrit par D.Mazzola (avec M.LeblanC/V.Benais)
Manifestation contre les violences sexistes et sexuelles - Lyon - 27/11/21
Manifestation contre les violences sexistes et sexuelles - Lyon - 27/11/21 © France tv - Mélanie Leblanc

Ce samedi après-midi, une manifestation contre les violences faîtes aux femmes était organisée dans le centre-ville de Lyon par le collectif Droit des femmes 69. Entre 4000 et 7500 personnes ont défilé.

Deux jours après la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le collectif Droits des femmes 69 a appelé à une manifestation pour dire une nouvelle fois stop aux violences sexistes et sexuelles. 
Selon les organisateurs, près de 7500 personnes ont participé à la manifestation, 4000 selon la police. Les manifestants ont défilé sur les quais, et dans le centre-ville, puis le cortège est revenu à son point de départ, sur la place Bellecour. 

Dans les premiers rangs du cortège, Jean-Jacques. Sa fille Laura est morte à 22 ans, sous les coups de son compagnon en 2019. "On est juste là pour dénoncer" explique ce père. Pour lui, le politique doit prendre des mesures concrètes contre ces violences, faute de quoi, "ça ne changera pas". Depuis janvier dernier en France, 104 femmes ont été tuées par leurs conjoints ou ex-conjoints. 

Pour rappeler ce chiffre, le rendez-vous donné aux manifestants ce samedi à Lyon a d'ailleurs débuté par un happening de Filactions. Des militantes en blanc et visages masqués entendaient dénoncer les féminicides qui ont lieu chaque année en France. 

Les organisateurs de la manifestation lyonnaise réclament des actions concrètes pour faire cesser ces violences envers les femmes. "On parle de davantage de fonds pour lutter contre ces problématiques, de formations, de personnels... " et une meilleure prise en considération de ces questions, énumère Camille Thomasset, membre des collectifs Droits des femmes 69 et #NousToutes Rhône.

La politique rattrapée par la vague #metoo

L'ex-cheffe de cabinet du maire de Lyon, Ninon Guinel a également participé à la manifestation. Elle milite pour que la classe politique prenne enfin en compte le mouvement #metoo. Elle fait partie des Lyonnaises qui ont signé le 15 novembre dernier une tribune parue dans le journal Le Monde. Selon les signataires, des élus mais aussi trois candidats ou potentiels candidats à la présidentielle sont mis en cause dans des affaires d'agressions sexuelles. 

"On ne peut pas avoir des responsables politiques mis en cause dans des affaires d'agressions sexuelles qui pourraient mettre en place des politiques publiques en faveur de l'émancipation des femmes. C'est complètement contradictoire et c'est indécent à l'égard de l'ensemble des femmes qui sont victimes quotidiennement," explique Ninon Guinel."Je rappelle qu'il y a une tentative de viol ou un viol toutes les 7 minutes en France, qu'on est à une femme tuée sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint tous les 3 jours. Et que c'est un phénomène massif et systémique," poursuit la jeune femme.

Il y a quelques jours, sur France 5, Ninon Guinel avait révélé avoir été agressée sexuellement lorsqu'elle travaillait au Sénat, en 2015, comme stagiaire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.