Lyon : le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner inaugure l'institut français de civilisation musulmane

Anne Brugnera, Christophe Castaner, Gérard Collomb, Kamel Kabtane, David Kimelfeld, lors de l'inauguration de l'Institut français de civilisation musulmane à Lyon - 19 septembre 2019 / © J. Sauvadon / FTV
Anne Brugnera, Christophe Castaner, Gérard Collomb, Kamel Kabtane, David Kimelfeld, lors de l'inauguration de l'Institut français de civilisation musulmane à Lyon - 19 septembre 2019 / © J. Sauvadon / FTV

L'institut français de civilisation musulmane a été inauguré ce jeudi 19 septembre par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Ce lieu culturel jouxte la Grande Mosquée de Lyon dans le 8e arrondissement.

Par Fatima Bouyablane

L’institut français de civilisation musulmane a été inauguré ce jeudi 19 septembre par le ministre de l’Intérieur, en présence notamment de Gérard Collomb, David Kimelfeld et de Kamel Kabtane, le recteur de la grande Mosquée de Lyon.
Ce dernier portait déjà le projet il y a 38 ans.

L’histoire commence en effet le 24 avril 1981. Valéry Giscard d’Estaing, en campagne pour sa réélection, annonce la création d’un ''centre culturel pour les Français de confession islamique''. Il est battu par les socialistes mais ils reprennent son idée. Au pouvoir, ils envisagent la création de ce centre culturel, et non cultuel, à côté de la Grande Mosquée, dans le 8e arrondissement de Lyon. C’est même consigné sur le bail signé avec la Ville de Lyon en 1984.

Mais à la fin des années 80, les voix se font de plus en plus entendre contre la Mosquée et contre l’institut, aussi bien du côté des habitants du quartier que du côté de certains politiques.
Si bien qu’en 1992, la première pierre est posée sans les officiels, mais en présence de l’ambassadeur d’Arabie Saoudite et le projet de créer un institut culturel est jeté aux oubliettes.
La Grande Mosquée, elle, est inaugurée en 1994.

Un projet de nouveau sur la table depuis 2012


Le sujet est de nouveau remis sur la table en 2012, à travers la formation ''hors les murs'' des imams.
Aujourd’hui, cette formation qui se présente comme un enseignement universitaire, en collaboration avec l’Université Lyon 3 et l’Université Catholique, sera intégrée à l’IFCM.


Les financements et les subventions sont dénoncés par des élus, de l’extrême droite à une partie de la gauche.

En 2014, alors que la Grande Mosquée de Lyon fêtait ses 20 ans, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur à l’époque, envisageait d’injecter un million d’euros sur les 8 à 11 millions estimés.
Les collectivités locales avaient suivi. La métropole de Lyon, la Ville de Lyon devaient injecter un million chacune
Pour compléter le financement, l’institut comptait sur les entreprises et les Etats partenaires, la Région et le Département s'étant retirés tout comme l’Algérie.

Aujourd’hui, seuls l’Etat, la métropole, la Ville, les entreprises et l’Arabie Saoudite ont financé l’institut pour un montant de près de 5 millions d’euros.
A ces 5 millions s’ajoutent les 2 millions de ressources propres de l’association.

Mais les opposants regrettent que des deniers de l’Etat soient investis, qui plus est, selon eux, aux côtés de l’Arabie Saoudite. L’extrême droite avait d’ailleurs déposé un recours devant le tribunal administratif de Lyon.

Pour rassurer, Kamel Kabtane a dû accepter de modifier les statuts de l’IFCM. Les collectivités ont donc un droit de regard sur les orientations stratégiques.
 

Sur le même sujet

Saint-Etienne : Gaël Perdriau brigue un deuxième mandat de maire

Les + Lus