• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : Le nouveau patron de la police défend l'usage du flash-ball pour le maintien de l'ordre

Patrick Chaudet est le nouveau patron de la police à Lyon / © Ph.Bette
Patrick Chaudet est le nouveau patron de la police à Lyon / © Ph.Bette

Patrick Chaudet, nouveau directeur départemental de la Sécurité Publique du Rhône, préconise l'usage du flash-ball pour le maintien de l'ordre dans les manifestations dès lors qu'il en est fait un usage approprié.       

Par Philippe Bette

Le nouveau patron de la police à Lyon s'appelle Patrick Chaudet. Retour aux sources pour cet homme de 64 ans, formé à l'école des commissaires de St Cyr au Mont d'or en 1990 et qui y reviendra en tant que professeur, cette fois-çi en 2001.

Le nouveau directeur départemental de la sécurité publique du Rhône est passé par Paris.En 2004, il est chef du bureau de la délinquance urbaine et de l'activité judiciaire. En 2007, il est nommé commissaire central à Montpellier et directeur départemental de la police de l'Hérault. Trois ans plus tard, il rejoint Nice pour occuper les mêmes fonctions dans les Alpes Maritimes. En 2012, il est promu directeur de la sécurité publique à Rennes et coordonnateur de la zone de défense Ouest. 

Légitimité du flash-ball 


Patrick Chaudet, nouveau directeur départemental de la sécurité publique dans le Rhône a 3500 personnes sous ses ordres, dont 3000 policiers. Il est aussi le coordonnateur de la zone de défense sud-est. Une responsabilité particulière dans une période toublée, avec la permanence de la menace terroriste et la multiplication des manifestations sociales, parfois violentes.

Patrick Chaudet prend ses fonctions à Lyon alors que les méthodes de la police sont particulièrement contestées. Brutalité des interventions, exploitation systématique du fusil "lanceur de balles", qui peut se révéler meurtrière dans certains cas. Le nouveau patron de la police a malgré tout défendu vendredi la pertinence du flash-ball pour rétablir l'ordre. Patrick Chaudet estime que cette arme a sa place dans l'arsenal de la police dès lors qu'il en est fait un usage approprié, autorisé par le réglement. 

Interview : Yaelle Marie/Arnaud Jacques   
                   

       

Sur le même sujet

Drôme : acheter son billet à bord du train régional, le projet de surtaxe passe mal

Les + Lus

Les + Partagés