Lyon : des pompiers jettent du mobilier de l'état major par les fenêtres

Alors que les pompiers manifestent pour dénoncer leurs conditions d'exercice à Lyon, ce mardi 27 novembre, la tension est montée brusquement. Des manifestants ont envahi les bâtiments de leur direction, et jeté deux chaises par les fenêtres.
Après avoir incendié des palettes et des pneus, des manifestants ont envahi les locaux de l'état major, et détruits tables et chaises.
Après avoir incendié des palettes et des pneus, des manifestants ont envahi les locaux de l'état major, et détruits tables et chaises. © YM / France 3
Partie peu avant 11 heures ce mardi 27 novembre, la manifestation des pompiers de la métropole et du Rhône a rejoint l'état major, rue Rabelais à Lyon. Alors qu'une délégation de 5 représentants des grévistes était reçue, une centaine de manifestant ont pénétré dans le bâtiment. Certains ont jeté du mobilier par les fenêtres, aussitôt enflammé dans la rue. Des manifestants semblent bloquer les issues du bâtiment, où, selon nos journalistes sur place, la réunion se poursuit néanmoins avec la délégation.

La tension est montée brusquement, et des forces de l'ordre se déploient dans les rues adjacentes. La situation se complique, alors que 350 pompiers environ, se sont rassemblés pour dénoncer des conditions de travail dégradées depuis ce matin. 
 
Ce midi, plus de 350 pompiers se sont rassemblés sur la place Bellecour à Lyon, après une manifestation pour dénoncer leurs conditions de travail.
Ce midi, plus de 350 pompiers se sont rassemblés sur la place Bellecour à Lyon, après une manifestation pour dénoncer leurs conditions de travail. © Y.M
Ils ont rejoint la rue Rabelais, devant l'état major, où une délégation était reçue en début d'après-midi.
Ils ont rejoint la rue Rabelais, devant l'état major, où une délégation était reçue en début d'après-midi. © Y.M
La tension est montée durant la rencontre.
La tension est montée durant la rencontre. © Y.M
Certains ont envahit les lieux, et jeté une chaise, une porte de placard, et du mobilier par les fenêtres.
Certains ont envahit les lieux, et jeté une chaise, une porte de placard, et du mobilier par les fenêtres. © Y.M


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers social économie