Lyon: Le Prix Lumière 2019 Francis Ford Coppola rencontre son public aux Célestins

Publié le Mis à jour le
Écrit par Arnaud Jacques

Ce vendredi après-midi, les cinéphiles lyonnais ont pu s'entretenir avec le parrain de la 11è édition du festival Lumière, Francis Ford Coppola.

Francis Ford Coppola a donné une "masterclass", mais il préfère parler de "partage d'expérience", ce vendredi 18 octobre au théâtre des Célestins à Lyon.
 

Une légende vivante


Comme le présentent si justement les organisateurs du festival Lumière Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux, Francis Ford Coppola est une légende vivante. Une image qu'il a commencé à façonner à l'âge de 32 ans, an prenant des risques pour concrétiser des chefs d'oeuvre. En 1971, il choisit Marlon Brando pour interpréter Le Parrain, contre l'avis de la Paramount. Il parie également sur de jeunes acteurs prometteurs: Diane Keaton et Al Pacino. On découvrira par la suite que le réalisateur était bien inspiré puisqu'il remportera trois Oscars (meilleur film, meilleur acteur et meilleur scénario) en 1973.
Il connaîtra alors d'autres succès dans les années 70 avec de nouvelles récompenses: Palme d'Or pour Conversations Secrètes en 1974 et pour Apocalypse Now en 1979 et six Oscars pour le Parrain 2 en 1974.
 

Un réalisateur qui marque les esprits


Par son talent, Francis Ford Coppola fait partie des références du cinéma. Pour Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux, c'est un "cinéaste de génie, [...] auteur de quelques uns des plus grands succès et des films les plus célèbres du XXe siècle, Francis Coppola n’a cessé de questionner l’art du cinéma, d’en explorer les formes nouvelles de narration et de style, tout en préservant les formes les plus abouties de son classicisme, dans la recherche absolue de l’indépendance et de la liberté de création.»

Ce vendredi devant le théâtre des Célestins, nul doute que c'est ce cinéaste de génie que l'on vient voir. La rencontre a lieu à 15h, mais les premiers à vouloir les meilleures places sont là dès 9H. 
 

Salle comble devant parterre de stars


Le réalisateur aux neuf Oscars et deux Palmes d'Or fait salle comble. Dans le public, on retrouve Nathalie Baye, Laurent Lafitte, Ludivine Sagnier, Gaspar Noé, Alain Chabat ou encore le réalisateur mexicain Gael Garcia Bernal. Mais également des proches de l'invité vedette, puisque sa femme Eleanor et son fils Roman l'ont accompagné pour ce voyage à Lyon.

À son arrivée sur scène, Francis Ford Coppola est très clair "le cinéma n'est pas un art assez ancien pour qu'on puisse parler de Masterclass car il n'y a pas assez de maîtres dans cet art. Je ne fais pas partie de ces quelques maîtres et je considère cette rencontre aujourd'hui comme une conversation. Je peux attibuer ce titre de maître à Martin Scorsese qui a cette légitimité". Le monstre sacré fait déjà rire la salle.

La première question viendra d'un "jeune étudiant", Bertrand Tavernier: "Quand est-ce que vous savez comment un nouveau film va commencer, quelle va être la première scène?". Et le réalisateur d'Apocalypse Now de répondre "ça peut venir d'un rêve, je rêve de la scène d'ouverture et la transposer ainsi mais en règle générale, pour tous mes films, j'essaie de trouver assez rapidement quel est le mot ou les deux mots qui résument toute la thématique du film. Par exemple pour Conversations Secrètes c'est l'intimité, pour Le Parrain c'est la question de la succession et pour Apocalypse Now c'est la morale. Et de ce mot-là découle tous les aspects du film, toutes les questions auxquelles un réalisateur est soumis. Par exemple pour Conversations secrètes, quand on me demande quel type de manteau l'actrice doit porter, et que j'en vois un transparent, et bien je me dis puisque le thème c'est l'intimité, c'est ce manteau-là qui me paraît pertinent."

La pertinence de cet échange nous laissent, journalistes, sur notre faim, puisque nous sommes invités à sortir. La suite des échanges se déroulera à huis clos.