• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Météo : la chaleur bat tous les records en Auvergne-Rhône-Alpes

La canicule bat, à nouveau, des records en Auvergne, en Ardèche, dans le massif du Mont-Blanc, jeudi 27 juin. Photo d'illustration. / © A. Marchi / MaxPPP
La canicule bat, à nouveau, des records en Auvergne, en Ardèche, dans le massif du Mont-Blanc, jeudi 27 juin. Photo d'illustration. / © A. Marchi / MaxPPP

La canicule continue, jeudi 27 juin, offrant à la météo de nouveaux records. En Ardèche, il devrait faire 41 dans les plaines. A Lyon, les pompiers ne sont pas débordés mais ils confirment que les malaises commencent à se multiplier. Et la chaleur va continuer dans la semaine à venir.

Par Renaud Gardette

La météo continue d'affoler les compteurs, et les records s'enchaînent dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec des prévisions encore très chaudes jusqu'au début de la semaine prochaine au minimum. 
 

41° en Ardèche jusqu'à samedi

Jeudi 27 juin, il devrait faire entre 41 et 42° dans les plaine du sud-ardèche, pulvérisant le dernier record de 1983, et du jamais vu pour un mois de juin depuis le début des relevés en 1922. De quoi contredire tous les sceptiques du réchauffement climatique...
 

Reportage à Ruoms

Dans les rues de Ruoms ce matin, très peu de monde. "Le soleil, il est le roi" dit un habitant à la table d'un café, "mais on est habitués." "Rien ne nous perturbe. Bon allez, si, une petite sieste entre 14 et 15h quand même !" dit un autre habitant.
  
Les commerçants ont pris les devants: "on a la chance d'avoir des brumisateurs sur la terrasse, la climatisation à l'intérieur, et voilà on survit" dit avec le sourire une gérante de pizzeria. 
 

Record absolu à Clermont-Ferrand

En Auvergne, le mercure est monté jusqu'à 40,9° à Clermont-Ferrand mercredi 26 juin dans l'après-midi, du jamais vu depuis le début des relevés de Météo-France. Le précédent record datait de juillet 1983 avec 40,7°.
 

Il fait chaud en altitude

A Super-Besse, à 1.300 m. d'altitude, dans le massif du Sancy, Météo-France a relevé 33,7° mercredi 26 juin, et 22,6° jeudi 27 au matin, battant là-aussi le dernier record de 1983. Sur le sommet du Mont-Blanc, la température est proche de zéro. 
 

De plus en plus chaud pour les pompiers

Les pompiers du Rhône ont constaté un grand nombre d'interventions liées à des malaises et des coups de chaud notamment à Lyon, comme cette femme âgée de 80 ans environ, secourue jeudi 27 juin pour un coup de chaleur alors qu'elle faisait son marché à 11h, comme à son habitude.
 

"On n'est pas dans une situation normale"

S'adapter, c'est le message principal de Serge Delaigue, contrôleur général du SDMIS à Lyon : "Le nombre de nos interventions n'a pas particulièrement augmenté. On se félicite de toutes les dispositions qui ont été prises en compte. On n'est pas dans une situation normale. Tout en continuant une activité, il faut prendre desprécautions, pour les sportifs par exemple. On peut pas se comporter comme en temps normal. Il faut boire, dés périodes où on se met au frais. Ces précautions sont efficaces. Plus les jours vont passer, plus l'accumulation sur les organismes va avoir des conséquences."
 

 

Des comportements "irresponsables"

Les prochains jours "vont voir des pics de température très élevés, au-delà de 40 degrés", a rappelé Agnès Buzyn la ministre de la Santé. Selon elle "on voit des citoyens assez irresponsables continuer de faire leur jogging entre midi et deux heures. Ce sont ces personnes-là qui, in fine, vont se retrouver dans les urgences". Elle a aussi déploré de "voir encore des parents qui laissent leurs enfants dans la voiture pour faire une course rapide, des gens qui continuent de faire du sport, des enfants sans casquette en plein air".

Après plusieurs jours de canicule sur la majeure partie du pays, "nous voyons augmenter le nombre d'appels au Samu et à SOS Médecins, le nombre de passages aux urgences", a indiqué la ministre. "Les organismes commencent à souffrir de l'accumulation des jours de chaleur", a-t-elle expliqué, disant son "inquiétude" d'assister à "un afflux de personnes aux urgences".

Sur le même sujet

Intempéries à Vichy : des dégats sur le patrimoine arboré

Les + Lus