Municipales 2020 : l’écologiste Grégory Doucet (EELV) en lice pour la Mairie de Lyon

Grégory Doucet sera le candidat EELV à la Mairie de Lyon / © France 3 AURA
Grégory Doucet sera le candidat EELV à la Mairie de Lyon / © France 3 AURA

Les militants et sympathisants d’EELV ont choisi leur candidat pour les Municipales de 2020. Ce sera Grégory Doucet. L’élection s’est déroulée ce jeudi 12 septembre soir. Le secrétaire EELV de Lyon a recueilli 61 % des voix.

Par Fatima Bouyablane

Même si les votants n'étaient pas très nombreux, 150 votants, il n’empêche que c’est Grégory Doucet qui a été élu au premier tour de la primaire organisée par le parti écologiste, avec 61 % des voix.
C’est le moins connu des deux autres candidats. Il devance ainsi très largement deux figures locales.
Bruno Charles, vice-président à la Métropole de Lyon, est arrivé en seconde position avec 35 % des suffrages. Etienne Tête, conseiller municipal lyonnais, n'obtient que 4 %. 

Au lendemain de son investiture, Grégory Doucet a réagi lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce vendredi 13 septembre

''Vous avez une envie d’écologie incroyable dans cette ville, se réjouit le candidat écologiste. Vous avez un réseau d’associations  qui se mobilisent, qui font des choses formidables. On voit bien que les citoyens et les citoyennes ont envie d’écologie. Cet été il y a eu 9 pics de pollutions, pas un seul à Grenoble. Donc vous voyez qu’avec un maire écolo, les choses changent. On est une ville qui est sujette aux canicules. Il va falloir qu’on travaille sur ce sujet, c’est pour ça que je parle de végétalisation. Notre projet pour 2020 c’est d’avoir un maire écolo et une majorité écolo''.
Le candidat n'hésite pas non plus à s'appuyer sur "les marches pour le climat" qui ont réuni des milliers de personnes dans les rues lyonnaises pour traiter de l’urgence climatique.  


Des Verts boostés par un score historique aux élections européennes

L'espoir des écologistes est donc qu’il y ait un maire écologiste à Lyon ''nous sommes convaincus que les scores des Européennes vont se reproduire aux prochaines municipales. C'est tout à fait possible'', avance Grégory Doucet qui était candidat aux élections européennes le 26 mai dernier.

Aux élections européennes, EELV a en effet réalisé, sur l’ensemble de la métropole lyonnaise un excellent score (18,2% et 21,27 avec les divers candidats écologistes). C’est largement mieux qu’au niveau national où les Verts ont recueilli 13,5 % des suffrages. Ces chiffres donnent un certain élan de confiance à l'échelle locale.

Mais pour cela, il faut une majorité, ''contrairement aux européennes (un tour à la proportionnelle), les municipales sont sur deux tours", poursuit Grégory Doucet. "Pour le second tour, il faudra qu’on rassemble très largement. Probablement qu’on fasse des alliances pour constituer la majorité. Mais dans un premier temps, il faudra qu’on rassemble les écologistes et qu’on donne envie aux gens de voter pour un projet écolo''.

Il faudra bel et bien une alliance pour le deuxième tour autour d’un projet…donc qu’importe le parti…excepté LREM
Mais le candidat EELV à la mairie de Lyon préfère se concentrer d'abord sur le premier tour. ''Des écologistes, il y en a des dizaines de milliers dans cette ville, mon projet c’est qu’on les rassemble tous''.

Alors qu’au niveau national le parti semble adopter une ligne nationale "ni-ni", le secrétaire local d'EELV, a rejoint le mouvement ''Z'' et prône une alliance de la gauche en mars 2020 autour de ce mouvement.
Cette démarche est notamment soutenue par Philippe Meirieu, ancien vice-président de la région et grande figure des écologistes à Lyon. 
Le mouvement est également porté par Renaud Payre, directeur de Sciences Po Lyon et co-fondateur du Gram avec Nathalie Perrin-Gilbert en 2013, et par les socialistes Sandrine Brunel et Thierry Philip. Au nom de l’urgence climatique, ils appellent à l’union de la gauche.
En choisissant Grégory Doucet, les militants se sont plus ancrés à gauche. Cette position devrait animer un débat vif sur la question de la stratégie écologiste.

Pas d'alliance avec LREM...ça c'est clair

Lorsque Yannick Jadot, député européen EELV est venu à Lyon, le jeudi 5 septembre, il avait été très clair. Pas d’alliance avec Gérard Collomb ni avec Kimelfeld (tous deux LREM depuis 2017), que ce soit à la Mairie ou pour la Métropole (les élections auront lieu en même temps).
Grégory Doucet partage cette position, "nous voulons rassembler largement, pas autour EELV. Rassembler les Français autour d’un projet. Il n’y aura donc pas d’accord pour le premier tour et des listes autonomes."

Quid du programme

''Le programme est en train d’être construit avec militants et signataires, explique le candidat écologiste. Mais dans les grandes lignes, on a appelé à la révision de la place de la voiture dans cette grande ville, à la végétalisation massive dans cette ville. Je ne peux pas vous en dire plus pour l’instant''.
 
 

Quant à la question sur le nucléaire, elle avait été abordée lors des Européennes, c’est peut-être le moment de s'y pencher un peu plus lors de la campagne des municipales 2020.

Auvergne-Rhône-Alpes est la région la plus nucléarisée de France, et la Centrale du Bugey est l’une des plus anciennes.
Pendant la campagne des Européennes, Grégory Doucet  avait déclaré "qu’il fallait envisager de la fermer."

Qui est Grégory Doucet ?

Grégory Doucet a 46 ans. Originaire de Paris, il s'est installé à Lyon il y a 10 ans. Ce père de trois enfants travaille dans l'humanitaire depuis une vingtaine d'années. Il est directeur des opérations de l'Afrique de l'Ouest d'une ONG installée à Lyon. 

Sur le même sujet

Les + Lus