"Physiquement séparé" de sa compagne depuis juillet 2020 à cause de la crise Covid, l'écrivain Lyonnais Antonin Atger témoigne

Publié le Mis à jour le

Petites chroniques de l'amour au temps du Covid. L'écrivain Lyonnais Antonin Atger n'a pas vu sa fiancée Magnolia depuis 18 mois pour cause de crise sanitaire. Sa dulcinée vit à Hong Kong. Le jeune homme espérait bien passer les fêtes de fin d'année avec elle, mais les contraintes sanitaires en ont décidé autrement. Récit.

Le couple garde le contact grâce aux réseaux sociaux et aux messageries comme WhatsApp. A cause de la crise sanitaire, Antonin Atger n'a pas vu sa compagne Magnolia depuis 18 mois. La jeune femme réside et travaille à Hong Kong. Antonin est écrivain et vit à Lyon. 

"Confiance réciproque"

"On ne pensait pas rester si longtemps sans se voir. Ce qui nous aide, ce sont les réseaux sociaux. On peut se contacter, se voir tous les jours." Pas de détresse, ni de fatalisme dans la voix, le jeune homme reste optimiste : "On sait qu'on s'aime, que ça marche quand même". La crise Covid n'a pas distendu les liens de ce couple qui s'est rencontré voilà quatre ans en Grande-Bretagne, bien au contraire. C'est aujourd'hui une "confiance réciproque" qui les rapproche et qui leur permet de "tenir", malgré les frontières et un éloignement physique difficile à vivre.

On est dans une situation exceptionnelle. On fait ce qu'on peut. Cette pensée me permet d'avoir une certaine sérénité.

Antonin Atger

La jeune femme était repartie à Hong Kong pour des raisons professionnelles voilà deux ans et demi. Moins contraint par son métier, le jeune écrivain l'avait retrouvée en mars 2020. Coup du sort : trois jours après son arrivée sur place, les mesures de confinement se sont répandues à vitesse grand V sur la planète. Antonin est alors resté bloqué quatre mois avec sa compagne. L'expiration de son visa, en juillet 2020, a sonné la fin de la récréation. Les deux amoureux sont "physiquement séparés" depuis cette date.

Une mésaventure "kafkaïenne"

La toute récente tentative d'Antonin pour retrouver la jeune femme s'est soldée par un échec. Tout semblait pourtant concorder. Le couple n'avait rien laissé au hasard : vols, périodes de quarantaine et autorisations. Un voyage organisé comme un véritable plan de bataille; une organisation millimétrée sur le papier. Mais la diffusion du variant Omicron a tout fait capoter. 

Le Lyonnais a quitté la France le 23 novembre dernier. Les retrouvailles des tourtereaux auraient dû avoir lieu à l'occasion des festivités du nouvel an. Mais avant de pouvoir à nouveau serrer Magnolia dans ses bras, Antonin avait décidé de transiter par Singapour. Il devait y séjourner trois semaines. Une manière de contourner l'interdiction d'accès direct à Hong Kong depuis la France. Le territoire étant fermé aux ressortissants des pays où le virus et ses variants prospèrent.
A l'issue de cette longue parenthèse, le Lyonnais aurait été autorisé à s’envoler vers Hong Kong. En théorie, le décollage était prévu pour le 17 décembre. Une fois sur place, le jeune homme devait s'astreindre à une nouvelle quarantaine de deux semaines. Si le réveillon du 31 décembre s'annonçait sous les meilleurs auspices, la 
réalité a été rattrapée par la fiction. 

Tout juste une semaine après l'arrivée d'Antonin à Singapour, les autorités de Hong Kong ont décidé d'un nouveau tour de vis sanitaire face à la menace Omicron. A la clef : frontières fermées. Le Lyonnais s'est donc retrouvé bloqué dans la cité-Etat du sud de la Malaisie, à plus de 2500 km à vol d'oiseau de Magnolia. Exit le réveillon en amoureux. Antonin a néanmoins décidé de ne pas anticiper son retour en France. Pour le jeune écrivain, la situation est "kafkaïenne" même s'il n'accuse personne et explique comprendre les mesures sanitaires déployées. "C'est une course contre la montre. C'est très difficile de se projeter, d'anticiper," déplore Antonin Atger.

Cette tentative de rejoindre sa dulcinée n'était pas la première. En août 2021, les frontières de Hong Kong s'étaient déjà refermées une première fois, empêchant l'amoureux de rejoindre Magnolia à la toute dernière minute. 

Ce qu'Antonin veut retenir de cette crise sanitaire mondiale, encore loin d'être terminée : "Il faut être patient. Mais la distanciation physique ne doit pas être une distanciation sociale, il faut rester solidaire. Cette crise sanitaire est une épreuve, mais il y en aura peut-être d'autres. Je fais le choix d'être solidaire."

Rencontre avec l'auteur qui évoque cette mésaventure digne d'un roman.