Piéton tué sur le quai des Célestins à Lyon : une information judiciaire pour homicide volontaire est ouverte

L'endroit où le corps du jeune homme a été retrouvé sur le quai des Célestins / © France 3 Rhône-Alpes/Arnaud JACQUES
L'endroit où le corps du jeune homme a été retrouvé sur le quai des Célestins / © France 3 Rhône-Alpes/Arnaud JACQUES

Ce dimanche, un jeune homme de 22 ans est mort après avoir été renversé par une voiture. Il s'agirait d'un meurtre.

Par Arnaud Jacques

Malgré les témoignages que nous avions recueillis sur place dimanche après le drame qui affirmaient que le jeune homme mort sur le quai des Célestins avait été tué suite à une bagarre, la police maintenait qu'il s'agissait d'un accident d'après les images de vidéosurveillance. Mais ce mardi, le parquet avoir présenté le conducteur à un juge d'instruction, mis en examen pour homicide volontaire, défaut de permis de conduire et conduite en état d'ivresse. Il a été placé en détention provisoire.
 

Bagarre de discothèque


Selon les témoins que nous avons rencontrés dimanche, une descente de police a eu lieu dans une discothèque rue du Port du Temple pour interroger des témoins, à proximité du quai des Célestins. Cette boîte est réputée pour ces bagarres de rue, parfois au couteau, au petit matin. Ce dimanche 19 janvier n'a pas échappé à la règle, mais cette fois, il y a eu un mort. Après une bagarre dans une discothèque, un homme aurait foncé volontairement, à grande vitesse, sur le jeune homme de 22 ans.
 

L'exaspération d'un quartier


Tous les dimanches matin, le quai des Célestins accueille son marché. Mais ce dimanche 19 janvier, sur le marché, c'est la stupeur pour Pascal Schaiche, un homme gît au sol devant son emplacement. "Un automobiliste s'est arrêté pour pratiquer un massage cardiaque jusqu'à l'arrivée des pompiers qui ont pris le relais." nous dit-il.

En amont du quai, à hauteur de la rue du Port du Temple qui héberge des boîtes de nuit, c'est la fatalité: "ça ne pouvait finir que comme ça" nous avoue un commerçant du quai qui souhaite rester anonyme, comme d'autres, par peur de représailles. "Ce sont des fous dans cette boîte, y a des bagarres au couteau!" témoigne Simon Lopez, un commerçant du marché. "Il y a des pétitions qui tournent dans le quartier car la mairie ne fait rien" renchérit son collègue Gino.
Pour cet autre commerçant du quai qui veut également garder son anonymat, c'est le même sentiment: "Vous voyez la façade de la boutique en réparation là ? Et bien c'est un rodéo qui a fini sa course ici!".

Sur le même sujet

Les + Lus