Réduction de la vitesse à 80 km/H : des sénateurs réclament une mission d'information

© Sébastien Bozon (AFP)
© Sébastien Bozon (AFP)

Un groupe de sénateurs, dont de nombreux parlementaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dénoncent la méthode du gouvernement d'imposer la réduction de la vitesse en choisissant "la posture de la démagogie". Ils demandent "une mission d'information sur la prévention routière"

Par Philippe Bette

Le communiqué est signé par douze parlementaires de la région. Ils s'associent à une démarche plus large , une cinquantaine de sénateurs qui dénoncent la méthode du gouvernement sur le passage de 90 à 80 km/H sur les routes du réseau secondaire.  

Bernard BONNE, Sénateur de la Loire, Gilbert BOUCHET, Sénateur de la Drôme, Jean-Marc BOYER, Sénateur du Puy-de-Dôme, Olivier CIGOLOTTI, Sénateur de la Haute-Loire, Mathieu DARNAUD, Sénateur de l'Ardèche, Catherine DI FOLCO, Sénatrice du Rhône, Laurent DUPLOMB, Sénateur de la Haute-Loire, Bernard FOURNIER, Sénateur de la Loire, Jacques GENEST, Sénateur de l’Ardèche, Élisabeth LAMURE, sénatrice du Rhône, Frédérique PUISSAT, Sénatrice de l'Isère ; Michel SAVIN, Sénateur de l’Isère.

Ils s'étonnent d'abord de la décision du gouvernement de passer outre les enseignements d'une expérimentation entreprise par ailleurs : "Le gouvernement a finalement été contraint sous la pression de reconnaître que cette expérimentation ne pouvait légitimer sa décision". Et les sénateurs d'enfoncer le clou : "Le Gouvernement a choisi la posture de la démagogie en cherchant à culpabiliser et  infantiliser les parlementaires ayant eu l'impudence de l'interpeller sur les résultats de cette expérimentation engagée depuis plus de deux ans." 

Les parlementaires estiment que le "Premier ministre a rejeté tout esprit de pédagogie" alors que "toute politique ambitieuse, surtout en matière de sécurité routière, doit être empreinte d'une forte acceptabilité sociale". Ils réclament la création d'une mission d'information sur la prévention routière "dont les conclusions pourront être publiées avant l'été."    


 



Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

L'interview de Mathieu Dechavanne

Près de chez vous

Les + Lus