Cet article date de plus de 4 ans

Scandale Dentexia : création du Club des Mécènes des "Sans-Dents"

Après la liquidation des centres dentaires low cost Dentexia, des centaines de patients ont été laissés à l'abandon. Une prise en charge de l'assurance maladie est possible, mais longue. Le collectif des victimes met donc en place un club des mécènes pour aider les cas les plus dramatiques.
Archives
Archives
"C'est un échec collectif. Le dispositif d'aide prévu ne correspond pas à l'urgence de la situation." Le diagnostic est sans appel, c'est celui d'Abdel Aouacheria, président du collectif des victimes contre Dentexia, qui affiche à ce jour 2513 adhérents au compteur. Il faut dire qu'en décembre et février, deux tentatives de suicides de victimes ont eu lieu. 


Extrême lenteur de la prise en charge

La semaine dernière, le Ministère de la Santé reportait au 30 juin 2017 la date limite de soumission des dossiers de demande d'aide. C'était une demande du collectif, face à la complexité de la tâche. Mais aujourd'hui il explique qu'il "convient toutefois de s'interroger sur l'extrême lenteur avec laquelle les institutions répondent au besoin sanitaire de l'ex-patientèle de Dentexia, laissée à l'abandon depuis plus d'une année."

Et d'expliquer que certaines victimes, "Sans-Dents" au bout du rouleau, ont déposé un dossier de demande d'aide il y a plus de quatre mois et n'ont toujours pas obtenu de réponse de la part de l'Assurance Maladie. Alors même que l'IGAS préconisait en juillet 2016 une reprise effective des soins pour toutes les victimes au plus tard le 15 octobre 2016. (suite après le reportage du 28 mars 2017 de Sophie Valsecchi et Arnaud Jacques)

Dentexia : le point et témoignages

Un petit nombre de victimes en très grande détresse

C'est pour répondre aux cas les plus dramatiques et urgent (entre 25 et 50 au plan national) que le collectif lance donc un  "Club des Mécènes des Sans-Dents de Dentexia".

Le modèle est original : un professionnel du dentaire, qui peut être un chirurgien-dentiste exerçant en libéral ou en centre de santé, un fabricant ou un fournisseur d’implants ou de prothèses, décident d’aider une ou plusieurs victimes de Dentexia, c’est-à-dire de conduire gracieusement un plan de traitement de A jusqu’à Z, pour régler la situation du ou des patients en question.

Cherche professionnels du dentaire au grand coeur

Le Collectif contre Dentexia rappelle qu'il continuera à ne gérer aucun flux financier. Il fera la mise en relation, sur des critères d'urgence médicale, de détresse sanitaire, sociale et psychologique.

A ce jour, ce Club des Mécènes réunit potentiellement un fabricant-fournisseur allemand d'implants qui souhaite s'engager à reprendre 4 ou 5 victimes gratuitement (une victime par région touchée), une association en collaboration avec une clinique dentaire, du côté de Marseille, qui souhaite reprendre une dizaine de victimes, et une chirurgien-dentiste exerçant en Ile-de-France. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société justice