Les trottinettes Circ quittent Lyon, les salariés “abandonnés”

De nombreux acteurs ont déjà jeté l'éponge à Lyon, comme la marque Tier, en même temps que Circ. Et la guerre des trottinettes devrait faire d'autres victimes à terme, selon les acteurs du milieu. / © Joël Philippon / Maxppp
De nombreux acteurs ont déjà jeté l'éponge à Lyon, comme la marque Tier, en même temps que Circ. Et la guerre des trottinettes devrait faire d'autres victimes à terme, selon les acteurs du milieu. / © Joël Philippon / Maxppp

L'opérateur de trottinettes électriques Circ jette l'éponge à Lyon, 6 mois après son lancement. Une nouvelle victime de la guerre des trottinettes en libre-service. Les salariés occupent les locaux que l'entreprise a vidés brutalement, depuis le début de septembre, et se disent abandonnés.
 

Par Mathieu Boudet

Pour les 44 salariés, l'annonce a été soudaine. Le 27 août dernier, la direction de l'entreprise Circ leur annonce la fin de l'aventure lyonnaise, et leur licenciement économique immédiat, après à peine 6 mois d'activité à Lyon. L'opérateur de trottinettes en libre-service jette l'éponge, exténué par la bataille commerciale entre concurrents sur ce marché récent.  

 

Des salariés "abandonnés"


Dans les locaux de l'entreprise à Saint Priest, près de Lyon, les trottinettes ont disparu. Le matériel a été vidé soudainement, selon les salariés. Pourtant,  la plupart d'entre eux se rend sur place tous les jours. Seuls, dans un entrepôt désert. Ils restent assis là toute la journée, à leur poste, craignant de se voir accusé d'abandon de poste. Embauchés en CDI ces derniers mois, ils s'occupaient notamment de la recharge des trottinettes, et de leur entretien. Depuis l'annonce de leur licenciement, ils n'ont plus de nouvelles de la direction, qui ne leur a donné que des informations orales.

 

"Ils jouent avec l'argent, avec les gens"


"Ils jouent avec l'argent, avec les gens", s'indigne un salarié, qui souhaite rester anonyme, dans un contexte de tensions avec l'entreprise. Avec ses collègues, il occupe les lieux, chaque jour de service, et estime qu'ils ont été"abandonnés". Une section syndicale a été créée, sous la bannière de la centrale Sud, qui les soutien : "cette guerre commerciale entre opérateur de trottinette ne doit pas se faire sur le dos des salariés, considérés comme des pions," dénonce Leschiera Frédéric Leschiera, secrétaire de la section Sud Commerce et Services. Il demande l'ouverture de négociations et réclame la mobilisation des pouvoirs publics. 

 

La cruelle guerre des trottinettes


A Lyon comme dans de nombreuses villes de France, de nombreux opérateurs se sont lancés dans une course à la montre pour s'imposer sur ce nouveau marché prometteur. Au début 2019, 8 acteurs différents se concurrençaient sur Lyon. C'est bien plus que ce que le marché lyonnais pouvait accueillir. La concurrence effrénée pousse les opérateurs à maintenir des prix bas, et à développer leur parc à marche forcée, en essuyant des pertes régulières. Des opérateurs ont déjà jetté l'éponge, d'autres ont été repris, de nouveaux apparaissent encore. Le marché est loin d'être mature, et il se consolide dans la douleur. En même temps que Circ, la marque Tier, par exemple, a également abandonné en août et d'autres acteurs lyonnais seraient en difficulté.  Actuellement, 4 marques se partagent encore le marché : Bird, Dott, Lime, et Voi. 

 

Le "Circ" se poursuit ailleurs


La marque Circ dépend d'une entreprise allemande, LMTS Germany, dont les coordonnées françaises n'apparaissent pas publiquement. Dans un très court communiqué, l’entreprise a fait simplement savoir que "les spécificités du marché lyonnais ne [permettaient] pas une exploitation satisfaisante". Le service continuera cependant, pour l'instant, à être exploité dans les autres villes où l’opérateur est présent : Paris, Annecy, Marseille ou Bordeaux. Renommée Circ après s'être appelée Flash, la marque de trottinettes en "free-floating", électriques et sans bornes d'attaches, était présente à Lyon depuis le 28 février dernier. Elle n'aura pas tenu 6 mois.


 

Sur le même sujet

Interview de Mike D'Inca, chanteur de Sinsémilia

Les + Lus