Cet article date de plus de 5 ans

Vaulx-en-Velin: Morad Aggoun mis en examen et écroué pour viols

L'ancien adjoint au maire est poursuivi pour « viol », « agressions sexuelles » et « harcèlement sexuel » aggravés par la circonstance de son abus de fonction. Placé en détention provisoire, l'élu du Parti radical de Gauche est accusé d'avoir violé son assistante le 6 janvier dernier
Morad Aggoun
Morad Aggoun
Il a été mis en examen samedi 23 janvier pour "viol", "agressions sexuelles" et "harcèlement sexuel" aggravés par la circonstances de son abus de fonction.
Soupçonné d'un deuxième viol et agression sexuelle sur une autre victime, il a été placé sous le statut de "témoin assisté" dans ce volet de l'affaire.
"Mon client a été placé en détention ...à ma grande stupéfaction alors que le juge d'instruction a ordonné le placement sous contrôle judiciaire. Le juge
a eu une analyse précise, judicieuse et objective des faits, mais le juge des libertés et de la détention (JLD) en a décidé autrement", a déclaré Me Gabriel Versini.
Le parquet avait requis samedi son placement en détention et a, selon Me Versini, "saisi directement le JLD".

Deuxième adjoint au maire en charge du personnel municipal et du logement avant d'être démis de ses fonctions mardi dernier par la députée-maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy (PS), l'élu est soupçonné par les enquêteurs d'avoir violé son assistante dans les locaux de l'Hôtel de ville le 7 janvier.
La députée-maire de Vaulx-en-Velin, lui avait retiré ses délégations mardi 19 janvier, au lendemain d'un entretien que l'élue indique avoir eu avec la plaignante. "Suite à la gravité des accusations portées contre l'adjoint (...) par une employée municipale, lors de l'entrevue qu'elle m'avait demandée le lundi 18 janvier, je l'ai engagée à porter plainte au commissariat", avait précisé jeudi 21 janvier Mme Geoffroy dans un communiqué.
Elue en 2014 à la tête de la municipalité vaudoise, Hélène Geoffroy avait annoncé avoir signalé les faits rapportés au procureur de la République de Lyon.
Selon une source proche du dossier, Morad Aggoun "n'est pas dans une volonté de reconnaître les faits, pour lui c'étaient des relations consenties". Selon Me Versini, son casier judiciaire est vierge.

Figure de la vie locale à Vaux-en-Velin, ce quadragénaire est également élu du Parti radical de Gauche (PRG) au conseil de la Métropole de Lyon.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers