• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Vol Ajaccio-Lyon : happy end pour Sarah et la petite Louise (9 mois) débarquées pour cause de varicelle

Une maman débarquée d'un vol easyJet pour cause de varicelle en août dernier. L'histoire se termine par un remboursement ... / © MAXPPP
Une maman débarquée d'un vol easyJet pour cause de varicelle en août dernier. L'histoire se termine par un remboursement ... / © MAXPPP

Point final pour la mésaventure vécue le 13 août dernier à l'aéroport d'Ajaccio par une maman lyonnaise et son enfant de 9 mois atteinte de la varicelle. La petite famille a obtenu le remboursement des billets d'avion. L'aventure de Sarah et la petite Louise avait fait le "buzz" sur les réseaux.

Par Dolores Mazzola

 
En début de semaine, Sarah Poggionovo a eu la bonne surprise de recevoir un remboursement d'un montant de 100 euros pour ses billets d'avion. Cerise sur le gâteau : elle a également une lettre d'excuses de la part de la compagnie aérienne easyJet. Le chapitre "varicelle" semble bel et bien clos pour la maman et sa petite fille Louise âgée de 9 mois.

Le 13 août dernier, la jeune maman lyonnaise et sa fillette avaient été débarquées d'un vol Ajaccio - Lyon. L'enfant était atteinte de la varicelle. La famille avait passé les contrôles et était déjà installée à bord de l'appareil lorsqu'un steward a remarqué les boutons de l'enfant. Pas de certificat médical et aucune preuve que le dernier bouton de l'enfant soit apparu sept jours avant la date du vol. Pour la jeune femme, son enfant n'était plus contagieuse car "les boutons avaient fait des croûtes". L'argument n'a pas convaincu. Sarah est finalement descendue de l'avion avec son bébé. Seule avec son enfant à l'aéroport d'Ajaccio, sans accompagnement, se sentant abandonnée en pleine nuit à la sortie de l'avion, obligée de faire appel à ses proches, puis de trouver un autre vol pour rentrer sur Lyon, Sarah dit avoir vécu une véritable galère.  

Très en colère, la jeune maman n'a pas hésité à relater la mésaventure sur les réseaux sociaux. A la clef : une avalanche de commentaires et le risque d'un bad buzz pour la compagnie aérienne. 

Sur le même sujet

Toujours sans nouvelles de Lorraine, disparue dans le Rhône

Les + Lus