ZFE : les mesures vont se durcir dans la métropole lyonnaise

Publié le

La Métropole de Lyon vient d'adopter la phase 2 du projet de Zone à Faible Émissions (Z.F.E.). Dès l'année prochaine les véhicules trop polluants seront interdits dans la métropole lyonnaise. Le secteur concerné par ces interdiction englobe de nouvelles communes de la Métropole.

En septembre 2023, les véhicules porteurs des vignettes "Crit'Air" n° 5 seront interdits dans quasiment toute la Métropole Lyonnaise. Fin donc des véhicules trop polluants. Cela fait suite à une concertation menée sur les territoires concernés,  il s'agit également de se mettre en conformité avec la loi. Ainsi, progressivement, les vignettes 4 à 2 seront concernées par ces interdictions de circuler, de 2023 à 2026.

Cela ne laisse que peu de temps, mais pour les élus écologistes (majoritaires), il y a urgence à agir.

1/3 des enfants souffrent d'allergies respiratoires et dans les secteurs péri-urbains ces chiffres sont même supérieurs.

Jean-Charles Kohlhaas,

Vice-Président Métropole de Lyon

Les mesures d'accompagnement :

La Métropole a prévu un dispositif d'aide qui sera mis en place en septembre 2023. Des aides basées sur le revenu fiscal de référence (il devra être inférieur à 19 600 euros). L'idée étant d'inciter les propriétaires de véhicules polluants (et souvent anciens) à acheter des véhicules plus récents. Tous les publics seront concernés les professionnels (avec des aides pouvant aller de 5000 à 13 000 euros) et les particuliers. Pour eux, le montant, adossé aux aides mises en place par l'état, sera fonction des revenus et du prix de la voiture, il pourra aller de 1 000 à 2 000 euros. Avec l'élargissement du périmètre, les communes aux revenus bas seront désormais concernées. Il sera difficile pour certains foyers d'acheter une voiture "propre".

On voit qu'aujourd'hui le marché de l'occasion explose, des véhicules d'occasion deviennent aussi chers que des véhicules neufs

Louis Pélaez,

élu d'opposition groupe "Inventer la Métropole"

Un débat politique tendu

Interdire les véhicules polluants, c'est réduire les émissions d'oxydes d'azote et faire baisser les particules fines. Sur les objectifs, le consensus est clair. Les moyens pour y parvenir font débat. Au sein même de la majorité, les alliés communistes se sont abstenus sur ce vote, ils auraient préféré "mettre le paquet sur les autres modes de déplacements".

Il faut un développement rapide des transports en commun, avec plus de trains, un RER à la lyonnaise par exemple. C'est ça les vrais enjeux. C'est ça améliorer la qualité de l'air.

Pierre - Alain Milet,

élu du groupe "communistes et républicains - Métropole de Lyon

Dans un communiqué, la Métropole rappelle que dans le cadre de la loi LOM (Loi d'Orientation des Mobilités), une évaluation du dispositif sera prévu 3 ans après sa mise en œuvre, avec des mesures sur la qualité de l'air. Des contrôles permettront de veiller à la bonne application des interdictions de circulation, à l'aide notamment des caméras à lecture automatique des plaques d'immatriculations.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité