Parents et enseignants manifestent à Saint-Martin-en-Haut (Rhône) pour ouvrir une classe de collège

Symboliquement, parents et enseignants ont installé une classe de 32 élèves dans la cour du collège de Saint-Martin-en-Haut (Rhône). Peut-être la classe qui leur manque. / © France 3 Rhône-Alpes / Vincent Diguat
Symboliquement, parents et enseignants ont installé une classe de 32 élèves dans la cour du collège de Saint-Martin-en-Haut (Rhône). Peut-être la classe qui leur manque. / © France 3 Rhône-Alpes / Vincent Diguat

Suite à de mauvaises prévisions du rectorat, le collège le Ptit Pont de Saint-Martin-en-Haut se retrouve avec une classe de moins en 5è. Et des effectifs qui atteignent 31 élèves par classe.

Par Arnaud Jacques

Avec une suppression de classe au collège de Saint-Martin-en-Haut (Rhône), les élèves de 5è se retrouvent jusqu'à 31 par classe.
 

Mauvaise prévision


Ils étaient réunis ce lundi matin, parents, enseignants et élèves afin de montrer leur opposition suite à la fermeture d'une classe de collège. En manifestant à coup de "Les élèves ne sont pas des sardines" ou "Classes surchargées, le Petit Pont va s'écrouler", ils ont voulu dénoncer le statu quo d'une situation insupportable pour eux.
En janvier 2019, le rectorat de l'académie de Lyon a dénombré 83 demandes d'inscriptions en 5è. Passant ainsi sous le seuil des 90 élèves, il a été décidé de fermer une classe. Mais depuis, il y a eu 9 nouvelles demandes, pour atteindre 92 élèves. Résultat: une classe de 30 élèves et deux de 31.
Une mauvaise surprise pour Charlotte Safanjon, mère d'élève: "C'est très compliqué pour mon fils d'être entouré de 30 élèves. L'année dernière, ils étaient 25 par classe. Je suis surprise quand on parle d'école de la confiance, d'égalité des chances, surprise et déçue".
 

Seule proposition: le dédoublement de classe


L'équipe pédagogique du collège se dit prête à ouvrir une quatrième classe de 5è, en faisant des heures supplémentaires. Mais le rectorat ne propose que le dédoublement de quelques heures d'ensignement de français et de mathématiques.
Une proposition qui ne semble pas, pour le moment, atténuer le sentiment d'injustice chez les parents, les enseignants et les élèves.
 

Sur le même sujet

Les + Lus