Cet article date de plus de 8 ans

Rixe à Echirolles: deux jeunes tués pour un "mauvais regard"

Une violente bagarre à l'arme blanche et au pistolet à grenaille a eu lieu, ce vendredi 28 septembre, vers 21 heures, dans un quartier d'Echirolles. Deux étudiants d'une vingtaine d'années ont été poignardés et ont succombé à leurs blessures.
Des traces de sang sur les lieux du dramatique affrontement qui a fait deux morts à Echirolles.
Des traces de sang sur les lieux du dramatique affrontement qui a fait deux morts à Echirolles.
La rixe s'est déroulée dans un square du quartier des Granges d'Echirolles, au sud de l'agglomération de Grenoble.

D'après le parquet de Grenoble, l'origine de l'affrontement serait "un mauvais regard" lancé à la sortie du lycée Marie Curie par le petit frère d'une des victimes qui a donné suite à une première bagarre en début de soirée. Kevin, Sofiane et leurs amis restent dans le square Maurice Thorez lorsque vers 21 heures déboule une expédition punitive. Une vingtaine de jeunes armés de pioches, battes de baseball, pistolet à grenaille et couteaux.

 

Les victimes, toutes deux âgées de 21 ans, ont reçu respectivement 10 et 20 coups de lame en essayant de protéger les plus jeunes. 

Le premier, décédé vendredi soir d'un coup de couteau mortel porté au thorax, résidait rue d'Aquitaine, à deux pas des lieux de la rixe. L'autre sérieusement touché, habitait lui aussi non loin du théâtre du drame. Ce dernier a été évacué par le SAMU à l'hôpital Michallon de La Tronche dans un état grave, il est mort en fin de matinée des suites de ses blessures.  

Sur les lieux de la bagarre, des douilles provenant d'un pistolet à grenaille ont été retrouvées par les services de police. 


Deux amis d'enfance, des étudiants sans problèmes

Décrits comme sans problème par le procureur, les deux jeunes étaient étudiants, l'un était en Master à Aix-en-Provence. "Nous n'avons pas affaire à des délinquants. On n'est pas du tout dans le cadre de l'appropriation du territoire ou du trafic de stupéfiants", a indiqué le procureur M. Coquillat, alors que les victimes, amis d'enfance, étaient inconnues des services de police. "On n'est pas du tout dans le contexte qu'on voit parfois de règlement de comptes, de gangs", a-t-il insisté.

Récit Faïzal Garel
durée de la vidéo: 02 min 01
Deux jeunes victimes d'une rixe à Echirolles

Une "marche blanche" pour les victimes

"On peut penser raisonnablement qu'il y a un lien entre les deux disputes. Le rapport de force lors de cette première rixe était plus équilibré et puis sans doute que des personnes ont décidé de revenir en force", selon la police.

Une personne, considérée comme un témoin privilégié, a été entendue à l'Hôtel de police de Grenoble, elle a été relâché. Aucune autre interpellation n'a eu lieu.


Afficher Rixe dans le quartier des Granges à Echirolles sur une carte plus grande
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
criminalité faits divers