A Saint-Martin-d'Hères, le robot devient oeuvre d'art avec France Cadet

Des robots-chiens jouets qui deviennent tigre ou cheval à bascule, hennissent ou grognent, des poupées cyborg à la sensualité féminine... Ces créatures hybrides sont celles de France Cadet, une artiste qui interroge le rapport de plus en plus intime entre le réel et l'artificiel. 

Par Céline Aubert

Les robots-chiens de France Cadet sont au départ de simples jouets qu'on trouve dans le commerce, qu'elle déprogramme et reprogramme pour en changer le comportement. Pour les pirater, l'artiste plonge dans les entrailles de l'animal. Un entrelacement de fils et de puces électroniques qu'elle triture à sa guise pour créer "son" robot. 

A travers l'image détournée du robot, France Cadet étudie le comportement et le corps, qu'il soit de chair ou de métal. Comme la poupée cyborg sensuelle et érotique à laquelle elle prête son corps et son visage.

Reportage Céline Aubert, Yves-Marie Glo, Thierry Ferreux, Laetitia Di Bin
L'exposition "Robot mon amour"
Lieu de tournage : Espace Vallès à Saint-Martin-d'Hères (Isère). Intervenante : France Cadet, artiste - professeur de robotique

La nudité, la sensualité, l'érotisme sont au coeur de ses questionnements. Des thèmes abordés dans ses "Leçons de séduction", une version revisitée de la célèbre publicité de lingerie. 

France Cadet, une artiste éprise de biologie qui, très vite, s'est tournée vers les sciences. Depuis 10 ans, elle dirige un atelier de robotique à l'Ecole Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence. Elle donne aussi des cours à Chicago, à la prestigieuse School of the Art Institute

Ses oeuvres s'exposent un peu partout dans le monde, Madrid, Tokyo, Sao Paulo. 

Ce rapport très intime entre l'art et les sciences n'est pas nouveau, il remonterait même à l'antiquité. Avec l'arrivée des biotechnologies et des nanotechnologies, l'intrusion de la science dans la nature pose toutefois de plus en plus question. Entre le réel et l'artificiel, la relation semble de plus en plus troublante. 

"Robot mon amour" jusqu'au 8 mars à l'Espace Vallès de Saint-Martin-d'Hères. 

Robot mon amour


 

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus