Coronavirus : un "drive-test" pour effectuer des prélèvements "en 5 minutes" ouvre à Aix-les-Bains

Le premier "drive-test" de Savoie a ouvert ce vendredi. Un centre de dépistage au nouveau coronavirus où des dizaines d'automobilistes affluent chaque jour à Aix-les-Bains, sous certaines conditions.
Les "drive-test" pour dépister le Covid-19 fleurissent en France, comme ici à Menton (Alpes-Maritimes).
Les "drive-test" pour dépister le Covid-19 fleurissent en France, comme ici à Menton (Alpes-Maritimes). © Jean François Ottonello / MAXPPP
"L'avantage, c'est que ça va vite" : des dépistages au coronavirus sont effectués sous forme de "drive-test" depuis vendredi 27 mars à Aix-les-Bains (Savoie). Le principe : dépister des potentiels malades du Covid-19 sans que ces derniers sortent de leur voiture, le tout "en 5 minutes".

Une rapidité record, et un gain de temps considérable pour les équipes du laboratoire de biologie médicale Eurofins qui ont mis en place ce point de dépistage, loin d'être unique en France. De Marseille à Paris en passant par l'Outre-Mer, le concept a gagné bon nombre de territoires, permettant de tester davantage de malades et ainsi de mieux lutter contre la pandémie.
 
Et le premier "drive-test" savoyard est presque victime de son succès. "On pense à ouvrir en nocturne", plaisante le Dr Emmanuelle Burgonse, médecin biologiste au laboratoire aixois. Une trentaine de personnes par jour viennent se faire dépister sous les grandes tentes blanches installées avenue de Verdun.

 

"Ne vous déplacez pas sans ordonnance"


A l'intérieur, les biologistes sont habillés "comme des cosmonautes", poursuit la médecin. Combinaison blanche, masque FFP2, gants et visière en plastique sont de rigueur pour éviter tout risque de contagion. Le test en lui-même est rapide : un écouvillon (sorte de grand coton-tige blanc) est inséré dans une narine de la personne testée et envoyé dans un laboratoire lyonnais pour être analysé. Les résultats sont reçus par voie électronique sous 24 à 48 heures.

"On teste principalement les personnels soignants, des femmes enceinte et des personnes présentant des facteurs de risques", liste la biologiste. Toutes les personnes dépistées doivent se présenter sur recommandation de leur médecin traitant et sur rendez-vous, jamais spontanément. "Ne téléphonez pas au laboratoire et ne vous déplacez pas sans ordonnance", insiste-t-elle.

 

Multiplier les tests


Par ailleurs, le dépistage ne peut s'effectuer que sur des malades déjà symptomatiques, sans quoi les résultats du test seraient faussés. Un nouveau "drive-test" de ce type devrait voir le jour prochainement à Saint-Jean-de-Maurienne. Dans les environs d'Annecy, plusieurs centres de consultation dédiés au Covid-19 ont déjà ouvert leurs portes.
 
La France veut désormais monter en régime pour réaliser "50 000 tests" classiques par jour d'ici fin avril, auxquels s'ajouteront "plus de 100 000" tests rapides par jour "au mois de juin", a déclaré samedi le ministre de la Santé Olivier Véran. Ces dernières semaines, des voix se sont élevées pour déplorer un nombre de tests trop faibles, alors que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis l'accent sur leur importance dans la lutte contre la maladie.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société