Cet article date de plus de 3 ans

Disparus de Tamié : une vidéo avec un homme ressemblant à Nordahl Lelandais transmise à la justice

Nordahl Lelandais était-il présent au festival de musique électronique au cours duquel Ahmed Amadou a disparu en 2012 ? Selon Europe 1, ses proches auraient transmis une vidéo à la justice sur laquelle apparaît un homme ressemblant à l'ex-militaire.


A gauche, Ahmed Hamadou, disparu en 2012. A droite, Nordahl Lelandais (photo publiée sur son compte Facebook)
A gauche, Ahmed Hamadou, disparu en 2012. A droite, Nordahl Lelandais (photo publiée sur son compte Facebook) © (FACEBOOK)
"6 et 7 ans après la disparition de leurs proches, les familles de Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou espèrent enfin tenir une piste fiable" écrit Europe 1 ce mercredi 6 juin 2018 sur son site internet. Selon nos confrères, les proches des 2 disparus du fort de Tamié, en Savoie, auraient remis à la justice une vidéo accréditant la thèse de la présence de Nordahl Lelandais sur les lieux de la disparition.

Selon Europe 1, la vidéo daterait de 2012, l'année de la disparition d'Ahmed Hamadou. Un an plus tôt, au cours du même festival de musique éléctronique au fort de Tamié, au dessus d'Albertville, c'est Jean-Christophe Morin qui lui aussi s'était volatilisé.  

Sur la vidéo de 2012, un homme "en sweat à capuche bleue" présenterait "une forme de visage et une coupe de cheveux" évoquant Nordahl Lelandais. Plus troublant encore, selon nos confrères, l'homme porterait "une chevalière à la main droite", comme celle de l'ancien militaire sur plusieurs photos diffusées sur les réseaux sociaux.

Des coïncidences "troublantes", écrivent nos confrères, qui auraient incité les avocats des familles à lancer un appel à tous les spectacteurs présents au festival en 2011 et 2012. Ils leurs demandent de fouiller dans leurs archives pour retrouver d'éventuelles photos ou vidéos et de les transmettre aux gendarmes en charge de l'enquête.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire nordahl lelandais faits divers affaire maëlys justice société disparition