• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Savoie. Procès en appel des ex-salariés de Spirel face à Somfy, la justice rendra sa décision le 21 mai

Le 31 juillet 2014, à Saint-Rémy-de-Maurienne, l'usine Spirel fermait ses portes. Ce lundi 4 mars, une audience avait lieu devant la Cour d'Appel de Chambéry pour examiner la responsabilité éventuelle de l'ancien propriétaire Somfy dans la liquidation de cette entreprise qui employait 107 salariés

Par Aurélie Massait

Cela fait 5 ans qu'ils bataillent pour faire reconnaître la responsabilité de leur ancien propriétaire Somfy dans la liquidation de leur entreprise.

Ce lundi, une trentaine d'anciens salariés de l'entreprise Spirel de Saint-Rémy-de-Maurienne (Savoie) ont assisté à la nouvelle audience qui s'est tenue devant la cour d'appel de Chambéry.

Les débats ont duré deux heures.

Deux heures pendant lesquelles leur avocat Maître Fiodor Rilov s'est employé à démontrer que le Groupe Chappel, repreneur de Spirel n'avait aucun projet économique. Son but étant selon lui de délocaliser l'entreprise sans payer d'indemnités.

Racheté en 2010 par le groupe Chappel industrie, Spirel qui fabriquait des moteurs de volets roulants pour Somfy (Cluses) avait été placée en redressement judiciaire en janvier 2013.

Une "chute plannifiée" selon ses employés convaincus que Somfy a cédé Spirel à Chappel industrie avec l'intention d'entraîner la faillite de l'entreprise.

La liquidation de Spirel avait été prononcée le 21 juillet 2014. L'usine avait fermé quelques semaines plus tard laissant sur le carreau 107 salariés.

La cour d'appel de Chambéry rendra son délibéré le 21 mai.

Voir le reportage de Jérôme Ducrot, Frédéric Pasuette et Virginie Muamba
 
Intervenants :
Maître Fiodor Rilov, avocat des ex-salariés de Spirel ; Maître Thierry Duraffourd, avocat de Somfy

A lire aussi

Sur le même sujet

Transvolcanique : la rando en VTT à travers les volcans d'Auvergne a 30 ans

Les + Lus