• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dantès Dai Liang, le chanteur savoyard qui a conquis l’Empire du Milieu

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Son histoire pourrait s’appeler "tribulations d’un savoyard en Chine". Originaire de Maurienne, Christophe Hisquin mène au pays du milieu une bien belle carrière de chanteur. Rencontre.

Par Boris Courret

Rebaptisé Dantès Dai Liang, "celui qui porte la lumière", le musicien écrit et chante en mandarin. Il s’est désormais fait un nom du côté de Shanghai, sa ville d’adoption.

Et cette passion pour le pays, il l’a depuis son plus jeune âge. "À 11 ans, j’étais déjà fasciné par la Chine, surtout par rapport au Kung fu", confie-t-il. Christophe est tombé dans le wok à l’âge où d’autres mômes préfèrent le foot ou les jeux vidéo. En sixième, il commence à étudier le mandarin et 10 ans plus tard, le voilà qui débarque en Chine.


"Manda-pop"


Ensuite, tout va très vite. Il joue dans des séries télé, participe à des émissions et se lance dans la musique en créant son propre style: la "manda-pop". "Quand je suis arrivé là-bas, c’était très rare de voir un étranger à la télévision, d’autant plus s’il parlait chinois. Et puis avec le temps, beaucoup de professionnels étrangers désireux d’investir le marché et qui parlaient très bien la langue sont arrivés", explique-t-il.

Le reportage de Damien Borrelly, Yves-Marie Glo, José Mazanarès et Azedine Kebabti
Dantès Dai Liang, le portrait



Mon histoire n’est pas calculée"


Ce qui est sûr, c’est qu’en Chine, son romantisme à la française fait mouche. Il se produit en concert devant des milliers de personnes et participe à des shows télé regardé par des millions d’autres. Pas de quoi entamer sa modestie. Totalement anonyme dans l’hexagone, il porte un regard lucide sur cette double vie. "J’ai acquis une belle reconnaissance en Chine mais mon histoire n’était pas calculée. Au départ, j’aimais simplement la langue, le pays".
Dantès

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus