Cet article date de plus de 6 ans

En Savoie, le second tube du tunnel du Fréjus "ne doit pas augmenter le trafic", répète l'exploitant

Dans un communiqué, la SFTRF, qui gère l'exploitation du tunnel alpin du Fréjus, rappelle que la mise en circulation de la galerie de sécurité ne permettra pas une augmentation de la capacité du trafic.
Le tunnel du Fréjus - Illustration
Le tunnel du Fréjus - Illustration © AFP
Aujourd'hui, le tunnel du Fréjus est exploité avec deux voies, une dans chaque sens. La décision de mise en circulation de la galerie de sécurité comporte, pour la SFTRF, deux éléments essentiels décidés par les ministres italien et français des transports:A titre d'exemple, au plus fort de sa fréquentation, en 2002, lors de la fermeture du tunnel du Mont-Blanc, le Fréjus accueillait 1.451.862 poids lourds/an. En 2014, avec la crise économique, il a vu circuler 666.524 camions.
 
"Contrairement à ce qui est dit", explique l'exploitant, "il n'y a donc pas d'augmentation de capacité avec cette mise en service du second tube puisque l'on passe d'un tunnel à deux voies à deux tubes avec une voie chacun."

Par ailleurs, il est impossible de mettre deux voies de circulation dans la galerie de sécurité dont le diamètre intérieur est de 8 mètres. A titre d’information, le diamètre minimum intérieur d'un tube creusé au tunnelier pour accueillir deux voies de circulation est de 9.40 mètres.

Enfin, "la rampe d'accès côté français ne sera jamais à deux fois deux voies. Elle ne l'est à aucun endroit. La SFTRF dans le cadre de la reconstruction du viaduc du Charmaix va le reconstruire avec la même configuration avec une voie montante, une voie descendante et une voie centrale neutralisée, dédiée aux dépannages ou aux arrêts d’urgence."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes aménagement du territoire