• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

En Savoie, les jeunes professeurs font aussi leur rentrée

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

La rentrée, c'est aussi celle des nouveaux professeurs. Cette année, la nouvelle génération sort de l'Ecole supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) qui a remplacé l'IUFM. La formation, voulue par Vincent Peillon, se veut plus concrète avec un tutorat renforcé. Exemple en Savoie.

Par France 3 Alpes avec l'AFP

Premières armes pour Sarah Vittoz au Lycée Gaspard Monge à Chambéry. Aujourd'hui, la jeune fille, "stressée" par ses débuts, a pris ses marques dans son nouvel environnement de travail.

Professeur stagiaire en alternance, elle fait partie de la première génération formée dans les Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (Espé).

Ces écoles créées en 2013 par la gauche pour rétablir la formation initiale des professeurs, supprimée sous la droite, vise à leur donner des connaissances académiques (maths, français), mais aussi professionnelles (pédagogie, tenue de classe, s'occuper d'un enfant handicapé, résolution des conflits, numérique).

Ne plus avoir des profs parachutés devant les élèves"


Cette semaine, comme près de 22.000 professeurs avec un statut de stagiaire, Sarah a donc pris ses quartiers dans son école et devant son tuteur, qui la conseillera toute l'année et l'évaluera aussi. Viendra enfin la titularisation avec cette grande inconnue: son lieu d'affectation dans un établissement en France.

Avec la nouvelle réforme mise en place par Vincent Peillon, "il s'agit de ne plus avoir des professeurs sans formation parachutés devant les élèves", explique-t-on, "mais aussi de leur enseigner, outre les disciplines, la manière de transmettre les connaissances."

Autre nouveauté, le tutorat est renforcé par un comité de pilotage avec d'autres membres de l'établissement. Désormais, le stagiaire doit s'adapter à un microcosme, et pas seulement à son tuteur. 

"Selon le fonctionnement des binômes, certains s'ouvraient mais certains restaient dans une relation dual", témoigne Philippe Bauden, proviseur du Lycée Gaspard Monge, "on était centré sur la discipline, sur la classe et pas assez sur la vie de l'établissement".

Un reportage de Céline Aubert-Egret, Dominique Semet et Virginie Muemba
Rentrée des jeunes professeurs à Chambéry
Intervenants: Sarah Vittoz, professeur stagiaire de mathématiques; Guillaume Platey, Professeur tuteur; Philippe Bauden, Proviseur du Lycée Gaspard Monge

Sur le même sujet

Toujours sans nouvelles de Lorraine, disparue dans le Rhône

Les + Lus