• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Glénat et Druillet, une histoire qui dure depuis 10 ans

Rencontré au festival de BD de Chambéry, Philippe Druillet l'auteur de Salambô et Lone Sloane, membre fondateur de Métal Hurlant et des Humanoïdes associés, nous a raconté son histoire avec Glénat. Dix ans que le dessinateur et la maison d'édition grenobloise travaillent ensemble à une oeuvre fleuve.  

Par Céline Aubert

Trouver le bon éditeur, c'est une consécration pour les écrivains. Pour les auteurs de bande-dessinée, c'est exactement la même chose. Philippe Druillet, dessinateur légendaire de Salambô et Lone Sloane, maître incontestable de la science-fiction française, n'a commencé à travailler avec Glénat que depuis 10 ans. 

Entre temps, il a tout de même largement participé à l'aventure Métal Hurlant, avec Jean-Pierre Dionnet et Moebius. Le magazine mythique des années 70 a révélé dans le même temps la plupart des grands auteurs de la BD française et belge, Gotlib, Tardi, Mandryka, Bilal... Puis plus tard Margerin, Serge Clerc, François Schuiten, Denis Sire, Pratt... 

"Ce que nous voulions", explique Druillet, "c'est faire de la BD moderne pour adulte, sur un support populaire".

Au sein des Humanoïdes associés, la maison d'édition du magazine, les idées sont légion, l'époque est formidable. "On était une bande de rockeurs, dans un gros bordel" raconte Druillet. "Pour nous Glénat, c'était tout l'inverse, c'était les pros". 

Pour autant, avant de se tourner vers les Grenoblois, Philippe Druillet sera au coeur d'un mouvement intellectuel foisonnant, essentiel pour le devenir de la BD. Grâce à un groupe d'activistes dont il fait partie, la bande-dessinée entre au Louvres. 

"Aujourd'hui on est dans les musées, on est un art vivant" poursuit-il. "Si la Bande dessinée est devenu un art intelligent, c'est grâce aux auteurs, mais aussi aux festivals et aux journalistes". 

Cette époque où tout était possible, Philippe Druillet la raconte dans ses mémoires. 

"Qui je suis"


Philippe Druillet dessine moins. Mais il demeure très actif, très demandé dans les festivals, les expositions, les conférences. L'année dernière il a réédité, chez Glénat, l'album "La Nuit" dans lequel il évoque la mort, celle de son épouse en 1975. 

Cette année, il publie aussi un livre, "Delirium". Un auto-portrait étonnant où il raconte son enfance de fils de franciste milicien. C'est aussi l'histoire d'un jeune auteur "mal né".  

"On me disait souvent "on connaît ton travail, mais on ne sait pas qui tu es'" explique-t-il. "Voilà pourquoi j'ai écrit le livre avec David Alliot". 

Prochain projet, un album inspiré de l'oeuvre de Dante. "Flaubert c'était tellement moderne que c'était facile", explique Druillet au sujet de "Salambô". Pour Dante le travail s'annonce plus complexe.

Une chose est certaine, l'album sera édité par Glénat. "Avec Glénat j'ai enfin trouvé mon éditeur, c'est quelqu'un qui est vraiment passionné par la littérature et la bande-dessinée. Je n'en aurai pas d'autres". 














A lire aussi

Sur le même sujet

Christian-Pierre et Adrien La Marca

Les + Lus