Guerlain Chicherit et sa société condamnés pour travail dissimulé à Tignes

Guerlain Chicherit à Tignes à 2007 le jour du décès du skieur suisse Neal Valiton. / © Thierry Guillot / DL MAXPPP
Guerlain Chicherit à Tignes à 2007 le jour du décès du skieur suisse Neal Valiton. / © Thierry Guillot / DL MAXPPP

Vendredi 18 mai la société C2I et son gérant, le célèbre pilote automobile et freerider Guerlain Chicherit, ont été condamnés pour travail dissimulé et pour atteinte au repos dominical par le Tribunal correctionel d'Albertville. Des condamnations liées à un chantier de chalets de luxe à Tignes. 

Par TD

Tout a débuté avec un signalement de l'Inspection du Travail, un procès-verbal établi sur un chantier en cours dans la station de Tignes, en Savoie. 25 travailleurs de nationalité bulgare sont sur place, un dimanche. 

Ce vaste projet immobilier regroupant cinq chalets de luxe est réalisé par la société locale C2I, Chicherit Immobilier Investissements. 

Les Bulgares sont présentés comme des micro-entrepreneurs, mais certains documents officiels manquent à l'appel, d'après les inspecteurs. 

C'est ainsi que la société C2I, dont le gérant est le pilote automobile et freerider Guerlain Chicherit, vont être accusés d'atteinte au repos dominical et de travail dissimulé. 

Tous deux ont été condamnés pour les deux faits par le Tribunal correctionnel d'Albertville le vendredi 17 mai. 

Pour travail dissimulé, la société C2I a été condamnée à 40.000 euros d'amende dont 20.000 avec sursis. Pour ce délit Guerlain Chicherit a lui été condamné à 15.000 euros d'amende dont 7.000 avec sursis. 

Pour atteinte au repos dominical, la société C2I a été condamnée à verser 25 amendes de 700 euros pour chacun des travailleurs bulgares. Guerlain Chicherit a de son côté été condamné à verser 25 amendes de 300 euros. 

L'avocat de Guerlain Chicherit, Me Olivier Connille, considère que le travail de l'Inspection du Travail a été fait de façon sommaire. Il affirme que les artisans bulgares ont été recommandés par "les meilleures sociétés de la région", qu'"ils sont déclarés au registre de l'Insee, et qu'ils payent l'URSSAF". 

Il s'agit de chalets de luxe, poursuit-il, Guerlain Chicherit n'allait pas confier ce travail de finition à n'importe qui selon lui. "Ces personnes sont spécialisées dans le design". ajoute-t-il. 

"Tout n'est pas si simple", conclue-t-il, "c'est d'ailleurs pour cela que le justice a prononcé des sursis". 

Me Connille nous a indiqué par ailleurs que son client n'avait pas encore décidé de faire appel. Il a dix jours pour le faire. 

Sur le même sujet

Lyon : plongez dans l'oeuvre de Picasso!

Les + Lus