Les centres de vacances face à une vague d'annulations des classes de neige : "tous les séjours qui n'ont pas été validés avant Noël sont annulés"

Publié le Mis à jour le
Écrit par AH
Un enfant apprend à skier
Un enfant apprend à skier © Alexis Sciard \ Maxppp

Les centres de vacances qui accueillent des groupes scolaires et colonies de vacances sont particulièrement fragilisés en ce troisième hiver bouleversé par la crise sanitaire. Alors qu'officiellement, les séjours enfants ne sont pas interdits, les centres font face à une vague d'annulations.

Dans la tourmente de la 5è vague de Covid, les centres de vacances tiennent bon pour l’instant en Savoie et Haute-Savoie. Cet hiver, ils restent ouverts pour accueillir classes de neige et colonies de vacances. Mais depuis début janvier, ils doivent faire face à une succession d’annulations. L'association Savoie Mont Blanc Juniors lance aujourd'hui un appel à l'aide au gouvernement.

On pensait faire une belle saison 2022

"On avait un gros espoir de faire une belle saison, les carnets de commandes étaient pleins" raconte Violaine Villette, directrice du "Centre-village de vacances neige et soleil" à Val Cenis, en Savoie. Mais depuis quelques jours, les annulations de classes de neige se succèdent. Et ce centre ne fait pas exception.

Pierre Deglin, responsable du chalet "le Domaine de Fréchet" au Reposoir en Haute-Savoie confirme, "cette semaine, sur les 5 classes attendues 2 ont annulé leur séjour sur décision du maire de la commune". Et il n'y aura plus de classe de neige jusqu'en février. Tous les séjours prévus les deux prochaines semaines dans ce centre ont été annulés. Pierre Deglin se désole d'autant que jusqu'à présent les séjours se sont plutôt bien déroulés même s'il y a eu une petite frayeur avec un enfant cas contact. 

"un flou" au sein de l'Education nationale

Dans un communiqué, l'association Savoie Mont Blanc Juniors qui fédère les centres de vacances de la Savoie et la Haute-Savoie dénonce un "flou" qui persiste au sein des instances de l’Education Nationale qui n'interdit pas les séjours mais conseille de les reporter dans la mesure du possible. 

"Officiellement, les séjours ne sont pas interdits, mais dans les faits, les enfants sont empêchés de venir" constate Violaine Villette. "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie" regrette-t-elle. Ils subissent de fortes pressions.

"Tous les séjours qui n'ont pas été validés avant Noël sont annulés" confirme Sophie Nthihar, directrice d'école à Nogent-sur-Seine dans l'Aube. Elle est passée à travers les gouttes avec sa classe et profite cette semaine de la neige et du soleil en Savoie. "Ça fait deux ans que les enfants vivent l'école dans des conditions pas normales ajoute-t-elle c'est un vrai bol d'air par rapport à la situation sanitaire d'autant que les enfants, issus d'un quartier peu favorisé, n'auront probablement jamais l'occasion de partir au ski avec leur famille." Les parents d'ailleurs craignaient moins le Covid avant le départ que l'annulation du séjour de leurs enfants selon Sophie.

Même sentiment pour Bénédicte Gaillard, directrice d'une école de Boeschepe dans le Nord qui a du faire venir une infirmière pour tester les élèves avant de partir. Heureusement, il n'y a eu aucun cas positif et l'enseignante a pu accompagner sa classe au Reposoir en Haute-Savoie. "Je resignerai l'année prochaine même avec le même protocole confie-t-elle dans un sourire, on est dans une bulle ici. Pour les enfants c'est magique". 

Ça s'annonce très dur

Pour les centres de vacances, la situation est compliquée. "On prend le pari d'ouvrir mais on est pas rentable se désole Violaine Villette en ce moment, je ne réalise que 30% de mon chiffre d'affaire".

"Ça s'annonce très dur renchérit Pierre Deglin ce qui est perdu est perdu. Contrairement aux hôtels, il n'y a pas de réservation de dernière minute chez nous. Les dossiers pour les séjours enfants se montent 6 à 8 semaines à l'avance.

Le secteur est fragile, le pourcentage de marge est faible. Les professionnels de l'accueil et l'animation des groupes d'enfants sont inquiets. Car la saison d'hiver c'est 70% de leur chiffre d'affaires. Ils espéraient rattraper cette saison les deux derniers hivers catastrophiques en raison de la pandémie. Mais ils se rendent comptent qu'ils vont encore avoir besoin de l'aide de l'Etat. L'association Savoie Mont Blanc Juniors a d'ores et déjà sollicité un rendez-vous avec le cabinet de Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué au Tourisme pour demander une nouvelle aide d'urgence.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.