Savoie : l'équipementier des stations de ski MND présente un plan de restructuration de sa lourde dette

L'équipementier des stations de ski fabrique notamment des canons à neige, téléphériques et tyroliennes. Photo d'illustration. / © Swen Pförtner / dpa / AFP
L'équipementier des stations de ski fabrique notamment des canons à neige, téléphériques et tyroliennes. Photo d'illustration. / © Swen Pförtner / dpa / AFP

Le groupe savoyard MND a présenté mercredi 14 août un plan de restructuration qui doit lui permettre d'échapper à la faillite, alors qu'il a engrangé d'importants contrats dans la perspective des jeux Olympiques d'hiver à Pékin en 2022.

Par M.D. avec AFP

Étranglé par une lourde dette, l'équipementier des stations de sports d'hiver MND a présenté mercredi 14 août un plan de restructuration financier qui devrait lui permettre, d'échapper à la faillite. Le groupe savoyard, qui a connu ces dernières années un développement fulgurant, avait reconnu que son exploitation ne pourrait plus être poursuivie s'il n'arrivait pas à réduire d'urgence une dette atteignant 68,5 millions d'euros.

La complexe opération prévoit l'arrivée d'un partenaire financier dans la holding de contrôle du groupe aux côtés du fondateur Xavier Gallot-Lavallée, une augmentation de capital pouvant atteindre 40,5 millions d'euros, l'octroi d'un prêt-relais de 15 millions et le report à 2023 du remboursement de 34,8 millions de dette.

 

"Risque levé"


A l'issue de ces diverses opérations, l'endettement net devrait s'établir à 28,0 millions d'euros, soit 40% des fonds propres, contre 250% auparavant. MND, qui fabrique des canons à neige, des téléphériques, des tyroliennes et des équipements de sécurisation des pistes, estime que le "risque de liquidité" qui pesait sur lui est ainsi "levé"

Le groupe s'estime donc "en mesure de faire face à ses échéances à venir au- delà des douze prochains mois", alors qu'il a engrangé d'importants contrats dans la perspective des jeux Olympiques d'hiver à Pékin en 2022. Le montage financier décrit par MND prévoit l'apport de 40,5 millions d'euros jusqu'en 2023 par le fonds britannique Cheyne. Celui-ci deviendra en outre actionnaire à 40% d'une nouvelle holding, Cheydemont, mise en place avec Xavier Gallot-Lavallée.

Cheydemont ainsi que la holding personnelle du PDG souscriront par la suite à des augmentations de capital, de 20 millions et 15 millions d'euros d'ici la fin septembre. Elles s'effectueront au prix de 0,41 euro par action, avec une très forte décote de 46% par rapport au dernier cours de l'action. Mais ce prix a été jugé "équitable" par un expert indépendant.

 

Sur le même sujet

Les + Lus