VIDEO. “C'est le branle-bas de combat” : au refuge de Terre Rouge (Savoie), la vie rythmée par les héliportages mensuels

Au refuge de Terre Rouge (Savoie), les réapprovisionnements par hélicoptère ont lieu une fois par mois. / © Damien Borrelly / France 3 Alpes
Au refuge de Terre Rouge (Savoie), les réapprovisionnements par hélicoptère ont lieu une fois par mois. / © Damien Borrelly / France 3 Alpes

Au-dessus de Valmeinier, en Maurienne (Savoie), le refuge de Terre Rouge accueille des randonneurs depuis trois ans. Isolé dans la vallée de la Neuvache, il se fait réapprovisionner une fois par mois par hélicoptère. Une opération impressionnante qui occupe tout le personnel du refuge.

Par M.D. avec Christian Deville

C'est une petite cabane en bois perchée à 2 182 mètres d'altitude. Le refuge de Terre Rouge, du nom de la pointe qui le surplombe, trône au coeur de la vallée de la Neuvache, dans le site classé du mont Thabor (Savoie). Un site très prisé des randonneurs, à 1h30 à pied de Valmeinier, et qui doit donc se réapprovisionner régulièrement par hélicoptère.

"On fait un gros héliportage en début de saison et ensuite, un petit réassort environ une fois par mois", explique Marie-Paule Faugeras, gardienne du refuge de Terre Rouge. En une seule rotation, 800 kilos de produits divers et parfois fragiles sont apportés au refuge. A la réception du colis, c'est la grande agitation pour le personnel du refuge : "C'est carrément le branle-bas de combat à chaque héliportage, commente Gaspard Zaccaron, aide-gardien. On doit vite rentrer le frais pour le mettre au congélateur et tout ce qui craint un petit peu...".

 

"Le monde vient à nous"


Ce nouveau refuge, ouvert il y a trois ans, est l'aboutissement d'un projet porté par deux passionnés : Denis Noraz et Marie-Paule Faugeras. Pour la gardienne, cette aventure est une reconversion. Elle travaillait auparavant à Villeurbanne, auprès d'enfants en difficultés. "La première année ici a été compliquée, mais après ça va de mieux en mieux, se rappelle-t-elle. Les gens qui viennent ici sont contents d'être là, détendus, donc la plupart du temps, c'est que du bonheur."
 

D'autant plus que la fréquentation est en hausse continue : près de 4 000 nuitées sur l'année. Le refuge est ouvert l'été jusqu'au mois d'octobre, pour les marcheurs du tour du Mont Thabor, mais aussi l'hiver, de janvier à fin avril, pour les skieurs de randonnée. "J'aime tout ici : beau temps, mauvais temps, été, hiver, liste Marie-Paule Faugeras. Ce qui est formidable, c'est que le monde qui vient à nous : les gens arrivent de partout et on a des échanges très riches.".

Après avoir avalé une omelette et des ravioles, il est temps pour le pilote de l'hélicoptère Franck et son assistant Quentin de redescendre dans la vallée. Le rendez-vous est déjà pris pour le mois prochain.
 
Au refuge de Terre Rouge (Savoie), la vie rythmée par les héliportages mensuels

 

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus