VIDEO. Savoie : le parc de la Vanoise teste une nouvelle méthode pour mieux estimer la population de chamois

Les gardes du parc de la Vanoise, en Savoie, vont utiliser une nouvelle méthode de comptage pour mieux estimer le nombre de chamois. / © S. Gerth / MAXPPP
Les gardes du parc de la Vanoise, en Savoie, vont utiliser une nouvelle méthode de comptage pour mieux estimer le nombre de chamois. / © S. Gerth / MAXPPP

Le comptage du nombre de chamois dans le parc de la Vanoise, en Savoie, se révélant trop approximatif, une nouvelle méthode est expérimentée par les gardes. Un moyen de mieux gérer cette espèce emblématique des Alpes.

Par M.D. avec Jean-Christophe Pain

Sur la piste du seigneur des sommets, Karine et Lionel, deux gardes du parc national de la Vanoise, se dirigent sous le Roc des Corneilles. Une zone préservée au coeur de ce territoire entre Maurienne et Tarentaise (Savoie). Pour mieux gérer la population de chamois, une nouvelle méthode de comptage est expérimentée par les guides du parc.

"Il y a un groupe de six individus avec deux adultes femelles et quatre cabris, aperçoit Karine Moussiegt. On les reconnaît grâce aux cornes qui sont toutes petites chez les cabris et qui dépassent bien la longueur des oreilles pour les adultes."
 

Sur le conseil des experts scientifiques, ils vont tenter d'estimer sa population avec plus de précision, alors qu'on recense actuellement environ 4.500 individus. Et l'automne est une saison propice au comptage, les chamois commençant à se regrouper avant l'hiver car dès novembre, la reproduction va commencer.

"On a choisi de compter le nombre de cabris, donc de jeunes nés dans l'année, sur l'ensemble des autres individus qui sont nés dans la population parce-que c'est ce qu'on peut calculer le plus facilement, explique Lionel Bonsacquet. Ca va nous donner une idée du niveau auquel la population se trouve par rapport à ce que le milieu peut accueillir comme individus."

 

Tendances à affiner


Jusqu'à présent, chaque automne, les gardes tentaient de recenser tous les chamois du parc. Mais l'estimation du nombre d'individus s'est montrée largement en-deçà de la réalité. Alors depuis 5 ans, ils ciblent quelques secteurs représentatifs et se focalisent sur deux indicateurs : l'abondance ou évolution de la population, la performance ou état d'équilibre vis-à-vis du milieu.

"Quand leur nombre augmente, forcément, les ressources vont être limitées et ils vont devoir se les partager, poursuit le garde. C'est à ce moment où on va commencer à le ressentir dans la population : les jeunes vont avoir moins de chances de survie, ils auront moins de nourriture donc seront moins bien portants. Plus ça va aller, plus d'autres phénomènes vont se mettre en place comme la baisse du taux de reproduction des adultes et à la fin, la survie des adultes qui va être affectée."

La nouvelle méthode de comptage révèle une légère décroissance de la population dans le secteur Vanoise-Est (Haute-Maurienne, Haute-Tarentaise). Mais pour affiner cette tendance, il faudra attendre quelques années. Quelques automnes sur la piste du seigneur des sommets.
 
Savoie : le parc de la Vanoise teste une nouvelle méthode pour estimer la population de chamois

 

Sur le même sujet

Les + Lus