Les faits, s'ils sont vérifiés, auraient eu lieu à Istambul lors du classement de l'oeuvre de Le Corbusier au Patrimoine mondial de l'Unesco au mois de juillet 2016. Les deux personnes concernées faisaient partie de délégations dépêchées sur place. On se souvient qu'un coup d'Etat, en Turquie, avait perturbé le programme de ces délégations. Tous les membres étaient restés confinés dans leurs hôtels, pour des raisons de sécurité.

La plainte avait ensuite été déposée par une employée à la communication travaillant pour le Département du Puy-de-Dôme, âgée de 40 ans. Au moment de la plainte, le maire de Firminy avait réagi en portant plainte, lui aussi, pour "dénonciation calomnieuse".

L'avocat de Marc Petit, maître Bonnet, avait alerté alors  sur "la facilité de jeter l'opprobe et la calomnie sur un homme public"

Selon le quotidien Le Progrès, une perquisition aurait été effectuée mercredi en milieu d'après-midi à la mairie de Firminy.

Le point à la mi-journée jeudi, avec Sylvie Boschiero et Anthony Laurent depuis St Etienne :

Ce contenu n'est pas compatible AMP.