Tour de France : le peloton à l'assaut des Alpes

170 coureurs ont pris le départ de la 16e étape du Tour de France sous le soleil de Bourg de Péage lundi à 12h43, pour 201 kilomètres de course en direction de Gap, au pied des Alpes.Le Britannique Chris Froome est toujours leader du classement général devant le Colombien Nairo Quintana.

© Max PPP
Le peloton aborde aujourd'hui les Alpes avec un départ d'étape donné depuis Bourg de péage à la mi-journée. Il rejoindra Gap aprés 201 kms et l' ascencion de deux cols de deuxième categorie. La suprématie du britannique Chris Froome et l'animosité dont il est parfois la cible le long du parcours continuent d'alimenter la polémique.

"Il y a des raisons de douter mais il est présumé innocent !" Le maillot jaune, Chris Froome, divise les spectateurs présents sur les bords de route du Tour de France, mais tous ou presque condamnent les dérives présumées de ces derniers jours à l'égard du Britannique."Froome, oui, on peut peut-être douter de ses performances. Et le passé a montré que les coureurs soupçonnés de dopage finissaient par se faire attraper, redoute Charles Toth, jeune père de famille originaire de la région de Belfort et en vacances à Mende."Mais c'est, quoi qu'il en soit, un coureur hors norme et il est présumé innocent.
Il n'y a pas lieu de s'en prendre à lui", note encore ce triathlète amateur qui regrette le jet d'urine dont Froome s'était plaint samedi: "il y a des cons  partout !".


La sécurité de Froome renforcée 


Reste que la sécurité autour de Chris Froome et ses équipiers a été renforcée. Samedi, le directeur sportif de Froome, le Français Nicolas Portal, avait dénoncé "les regards haineux de certains spectateurs". Sky s'était aussi plaint de crachats tandis que Richie Porte a été frappé par un spectateur mardi.Dimanche matin, la présence policière était très dense autour du bus des Sky. "Nous n'avons rien demandé au niveau d'une escorte spéciale pour les derniers jours du Tour", a déclaré le directeur sportif de l'équipe britanniquel. Il y a peut-être une prise de conscience, c'est bien", a-t-il ajouté.

Pour de nombreux fans de cyclisme, les médias mettent aussi trop d'huile sur le feu. Les consultants sont régulièrement pris pour cible. Sauf dans la localité de Luc (Lozère) où des fans de Laurent Jalabert estiment que le consultant de France 2 "a eu raison de mettre en doute les +perfs+ de Froome".

A son arrivée à Valence,dimanche soir ,Froome a joué l'apaisement .Le Britannique a remercié, via la télévision, les spectateurs pour leurs encouragements au lendemain de l'incident (jet d'urine) qui l'avait affecté sur la route de Mende. L'Anglais, tout comme le manager de l'équipe Sky, le très habile Dave Brailsford  affirme comprendre les interrogations qui ont fleuri ici et là. A l'évidence, l'héritage des années Armstrong, du dopage sanguin qui a déséquilibré le peloton durant près de deux décennies, écrase encore le cyclisme."Mais les temps ont changé", assure Froome. "On n'est pas dans le Far West qui était l'environnement du cyclisme il y a dix-quinze ans. Il n'y a aucune raison pour avoir le même niveau de suspicion".
 
 

Pour suivre l'étape en direct à partir de 13H50,c 'est ici : 
http://embed.francetv.fr/?ue=2ff2e2658904a86136e89606472642b5

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport