• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Des tsiganes internés sous Vichy, une expo du Musée de la Résistance de Grenoble

Le Musée de la Résistance de l'Isère dévoile un pan méconnu de l'histoire de la seconde guerre mondiale : l'internement des tsiganes sous le régime de Vichy. Le photographe Mathieu Pernot a effectué un vrai travail d'historien en révélant l'existence du camp de Saliers en Camargue. 

Par Jean-Christophe Pain

Ces portraits d'hommes et de femmes pris de face et de profil sont des carnets anthropométriques, les papiers d'identité de ceux que l'administration française a longtemps appelé les "nomades".

Etudiant en photographie à Arles, Mathieu Pernot découvre par hasard en 1997 l'existence du camp d'internement de Saliers, en Camargue. Aux Archives des Bouches du Rhône, il tombe sur des centaines de documents d'identité de ces tsiganes internés sous Vichy entre 1940 et 1942. Le jeune homme décide alors d'enquêter sur ce pan oublié de l'histoire.

Le récit de Damien Borrelly
L'internement des tziganes
Intervenant : Mathieu Pernot Photographe

S'il ne reste aucune trace physique de Saliers où des centaines de tsiganes ont survécu dans des conditions déplorables, le camp, dessiné à l'époque par un architecte, car Pétain voulait en faire un modèle, a servi de décor à un chef d'oeuvre du cinéma français signé Clouzot et palmé à Cannes en 1953. "Le salaire de la peur". Et cinquante cinq ans après, Mathieu Pernot a retrouvé plusieurs survivants du camp de Saliers.

Dévoilée au Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, "Un camp pour les tsiganes" complète une autre expo, "La vie de bohème ?", témoignage passionnant sur l'épopée des tsiganes présentée au Musée dauphinois, toujours à Grenoble.

Sur le même sujet

Dimanche en Politique - La table de Vailhac

Les + Lus