Une nouvelle vie pour des sportives afghanes de haut niveau en Suisse

Publié le
Écrit par France 3 Rhône-Alpes. Propos recueillis par S. Cozzolino

Farishta Hafizi, Wahida Hussaimi et Nazanin Takiri sont afghanes et championnes de cyclisme. Elles ont fui l'Afghanistan, évacuées en Suisse, peu après l'arrivée au pouvoir des talibans. Depuis, elles s'entrainent en Suisse et préparent le championnat d'Afghanistan qui aura lieu en octobre chez nos voisins helvètes.

Sur les chemins de campagne suisse, en tenue de sportive, maquillée et sans masque pour couvrir leur visage, Farishta Hafizi, Wahida Hussaimi et Nazanin Takiri retrouvent le goût de vivre en pratiquant leur sport, le cyclisme. Elles font partie d'un groupe de 6 femmes toutes aussi déterminées les unes que les autres.

En roue libre

"En Afghanistan, on ne pouvait pas pratiquer le cyclisme à cause des Talibans. Ils ne veulent pas que les femmes pratiquent un sport. C'est interdit. Ici, on est en sécurité et on sait qu'on a un avenir et on peut même devenir des championnes" raconte Farishta.

Les 6 jeunes femmes partagent leur amour pour la discipline et s'épaulent dans cet exil forcé car le mal du pays reste présent.
"Quand je parle de l'Afghanistan, je ne peux pas m'empêcher de pleurer. C'est très émouvant pour moi car nous savons toutes que c'est très difficile pour les Afghanes même pour les petites filles. Je suis certaine qu'un jour viendra où l'on pourra à nouveau être en sécurité en Afghanistan, aller à l'école, à l'université et que l'on pourra à nouveau travailler" espère Wahida.

Pour ces athlètes, quitter l'Afghanistan a été une blessure. Mais le souvenir des interdits faites aux femmes dans leur pays les aide à continuer leur vie de sportive de haut niveau. "Je vivais à Ghazni, une province d'Afghanistan. C'était un endroit dangereux pour nous les femmes car les talibans ont toujours été présents même avant qu'ils prennent le pouvoir. Quand on voulait s'entraîner, on portait un masque et un casque pour cacher notre visage. Pour ne pas nous exposer. On avait peur de cette situation d'insécurité pour nous" se souvient Nazanin.

Le championnat d'Afghanistan aura lieu en Suisse

C'est l'UCI, l'Union cycliste internationale, qui a permis l'évacuation d'une vingtaine de championnes afghanes vers la Suisse. Ici, elles continuent leur entraînement et vont enfin retrouver la compétition : elles se préparent très activement aux prochains championnats d'Afghanistan qui se dérouleront… en Suisse et qui réuniront un maximum d'athlètes afghans. "C'est un vrai championnat, reconnu dans les règles UCI" assure David Lappartient, président de l'Union Cycliste Internationale. A la clé, des points UCI et un vrai maillot de champion aux couleurs du pays. "C'est une course particulière au niveau du symbole mais c'est aussi une vraie compétition sportive".

Le vélo pour se libérer ©France Télévisions

Le 23 octobre prochain donc, une soixantaine de cyclistes afghanes, toutes exilées, de par le monde, se retrouveront pour ces championnats en Suisse. Un message de liberté et d'insoumission adressé aux femmes d'Afghanistan.