Dijon : vives tensions entre agriculteurs et chasseurs

Les agriculteurs de Côte-d'Or manifestent ce matin contre les dégâts causés par un gibier trop nombreux. Ils demandent que les chasseurs tuent plus de gros gibier, notamment les sangliers.

La manifestation des agriculteurs vendredi devant le Palais des congrès de Dijon pour une meilleure régulation du gibier
La manifestation des agriculteurs vendredi devant le Palais des congrès de Dijon pour une meilleure régulation du gibier
La situation est tendue entre les agriculteurs qui manifestent ce matin devant le Palais des Congrès de Dijon et les chasseurs qui inaugurent dans ce bâtiment une exposition de trophées de chasse. Les agriculteurs tentent d'investir le palais des Congrès pour pouvoir exposer leurs griefs. Un cordon de CRS en bloque l'accès. La manifestation lancée par la FDSEA et des jeunes agriculteurs de Côte-d'Or, a pour but d'attirer l'attention sur les dégâts importants causés par le gibier dans leurs cultures.

                                    Reportage d'E. Sicaud, E. Kleinhoffer et M. Boissonnet
                Avec : - Jean-Pierre Fleury, secrétaire général de la Fédération Nationale Bovine
                           - Pascal Secula, président de la Fédération départementale des chasseurs de Côte d'Or



Les agriculteurs mettent directement en cause le président de la Fédération des chasseurs de Côte-d'Or, Pascal Secula. Ils dénoncent sa mauvaise gestion et demandent que la Fédération départementale soit mise sous tutelle. Les dégâts dans leurs champs sont de plus en plus importants à cause d'une "surpopulation" de gros gibier disent-ils. Et la situation s'aggrave selon eux, depuis plusieurs années. Ils soupçonnent en outre que cette surpopulation du gibier a un lien très fort avec la tuberculose bovine dont ils sont victimes.


                        Reportage d'E. Sicaud, E. Kleinhoffer et M. Boissonnet
          Avec Yann Frelet, agriculteur à Vaux-Saules (21) et secrétaire général des Jeunes Agriculteurs


Après une manifestation la semaine dernière pour demander des mesures d'urgence face à la hausse de leurs charges, les agriculteurs sont de nouveau mobilisés pour "interpeller les élus, la Fédération de Chasse et les Chasseurs sur l’urgence d’agir pour réguler les populations". Ils demandent :
- La suppression du plan de chasse sanglier pour faciliter la régulation des populations
- Une baisse rapide et importante des populations de sangliers et de cervidés
- La mise en place d’un plan d’éradication du blaireau ambitieux
- Le maintien de l’interdiction de l’agrainage pour limiter la prolifération des sangliers et blaireaux (accusés de propager la tuberculose bovine)


Les dégâts en chiffres
En Côte-d'Or, les agriculteurs estiment que :
- 1.500 exploitations sont concernées par les dégâts du grand gibier sur les cultures ou la tuberculose bovine (dont le gibier serait un vecteur)
- le coût des dég^ts dûs au grand gibier est de 5 à 7 millions d'euros par an 
- dans les parcelles de blé tendre, les dégâts équivalent à la destruction de 15 millions de baguettes
- dans les champs de tournesol, c'est l'équivalent de 80.000 bouteilles d'huile alimentaire qui disparaissent chaque année
- 17.000 bovins ont été abattus à cause de la tuberculose bovine
- 172 foyers ont été contaminés ou recontaminés pour la 2ème, 3ème voire 4ème fois par la tuberculose bovine

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture chasse