Municipales à Avallon : le FN s'invite dans le duel opposant Jean-Yves Caullet à Mourad Chenaf

Publié le Mis à jour le
Écrit par M. Ba

C'est une première dans l'histoire d'Avallon: le Front National présentera une liste le 23 mars prochain. Ce scénario devrait troubler le duel qui oppose le maire sortant (PS), Jean-Yves Caullet, au candidat divers-droite, Mourad Chenaf.

Jean-Yves Caullet brigue un troisième mandat en tant que premier magistrat d'Avallon. Certes, le maire sortant (PS) aura bien du mal à rééditer sa prouesse de 2008. Il avait alors été élu dès le premier tour avec 66% des voix. Mais les pronostics lui sont plutôt favorables. Pour l'accompagner, il a concocté une liste avec treize nouveaux visages : de jeunes colistiers et quelques surprises telles qu'Hélène Lipietz, sénatrice écologiste, et Brice Besnard, qui figurait sur la liste de son rival en 2008.

Face à lui, Mourad Chenaf se présente comme le candidat de la proximité. Cet ancien sous-préfet, leader de la liste divers-droite, fait ainsi allusion aux multiples fonctions nationales de Jean-Yves Caullet, lequel est député et président du conseil d'administration de l'Office national des forêts. « Avallon a besoin d'élus de proximité et d'un maire présent à la mairie », affirme Mourad Chenaf.

Mais une péripétie de la campagne risque d'oblitérer ses chances. Patrick Desaint, l'autre candidat de droite, ne pourra finalement pas se présenter. La justice a prononcé le 27 janvier dernier sa radiation de la liste électorale à Avallon. Depuis, il claironne partout qu'il s'agit d'une « manoeuvre politique » et appelle à voter blanc le 23 mars prochain. Il accuse Mourad Chenaf d'être à l'origine de sa capitulation forcée, ce que l'ancien préfet dément. 

Enfin, le duel gauche-droite va être troublé par la présence d'une liste FN. Joël Riquier, ancien candidat d'une liste RPR en 2001, mène la liste frontiste. C'est une première dans l'histoire d'Avallon. Mais le score de cette liste sera scruté. Car, en 2012, le parti de Marine Le Pen avait recueilli 20,3% des suffrages aux présidentielles et 10,3% aux législatives.