Les rivières du Territoire-de-Belfort touchées par une pollution industrielle

Publié le Mis à jour le

Environ 200 litres d'un produit toxique ont été déversés mercredi en fin d'après-midi sur le sol de l'entreprise Visteon puis en partie dans la rivière La Rougegoutte à la suite d'une fausse manoeuvre. Les traces de cette pollution ont été repérées jusqu'à dans la Savoureuse à Belfort. 

Selon la préfecture du Territoire-de-Belfort, "l'impact est minime sur les cours d'eau et totalement nul sur les prélèvements d'eau potable, situés très en amont. Le risque de mortalité du poisson est très limité ainsi que l'impact sur la faune aquatique".  Des traces de ce produit toxique, soluble dans l'eau mais non dégradable, ont tout de même étaient retrouvées dans la Rosemontoise puis la Savoureuse soit une trentaine de kilomètres après l'origine de la pollution à hauteur de Danjoutin. En raison des fortes pluies d'hier, le barrage mis en place par les pompiers n'a pas pu contenir toute les eaux contaminées. Ce matin, une réunion entre les services de l'Etat a eu lieu sur place. 

La préfecture précise que "des effets sont visibles en plusieurs endroits par la production d’une mousse en surface des cours d’eau. Ce phénomène pourrait durer plusieurs jours mais la situation ne présente aucun danger". Une information confirmée par la fédération de pêche du Territoire-de-Belfort qui devrait déposer plainte prochainement. La fédération pourrait également se porter partie civile. L'ONEMA, l'ancienne police de l'eau, doit dresser un procès-verbal. Si aucune mortalité de poissons n'a effectivement été constatée, il faut sans doute attendre les jours qui viennent pour confirmer cette information car ce produit pourrait faire effet sur la faune aquatique entre 48 et 96 heures après la pollution. 



 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité