• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Une large majorité de Français est favorable au contrôle des chômeurs

Après avoir parié sur une inversion de la courbe du chômage fin 2013, le chef de l'Etat parle désormais de "stabilisation". / © AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN
Après avoir parié sur une inversion de la courbe du chômage fin 2013, le chef de l'Etat parle désormais de "stabilisation". / © AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Une large majorité de Français est favorable à un assouplissement des 35 heures, à une extension du travail dominical et à un renforcement des contrôles des chômeurs, selon un sondage LH2-Le Nouvel Observateur publié vendredi 5 septembre 2014.

Par AFP


Que dit ce sondage ?

Sur ces trois sujets qui ont récemment créé de vastes polémiques, un sondage indique que :
  • 72% des personnes interrogées sont d'accord pour "renforcer les contrôles des demandeurs d'emploi par Pôle emploi"
  • 71% pour "assouplir les 35 heures dans certains secteurs"
  • 65% pour "permettre à davantage d'entreprises d'ouvrir le dimanche".
Cependant, si les sympathisants de droite plébiscitent de telles mesures (autour de 80% d'opinions favorables), ceux de gauche sont plus divisés (à peine plus de 50%).

Le contrôle des chômeurs

Sur le contrôle des chômeurs, l'idée "est particulièrement appréciée par les personnes les plus âgées et aux revenus les plus élevés, tandis que ceux aux revenus les plus modestes sont très partagés", note l'étude.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a provoqué mardi 2 septembre un tollé à gauche et chez les syndicats, en demandant à Pôle emploi de "renforcer les contrôles pour vérifier que les chômeurs cherchent bien un emploi".

Le travail dominical

Le travail dominical, quant à lui, devrait être aménagé par un projet de loi dont la présentation est attendue en octobre.

Les 35 heures

Pour les 35 heures, "ce sont les personnes inactives qui se montrent les plus favorables à (leur) assouplissement dans certains domaines", indique le sondage. 
Dans un entretien accordé au Point avant sa nomination, Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, se déclarait favorable au fait d'autoriser "les entreprises et les branches à déroger" aux 35 heures, en cas d'accords avec les organisations syndicales. Le gouvernement a immédiatement écarté une telle mesure.

Cette enquête a été réalisée en ligne les 4 et 5 septembre auprès d'un échantillon de 1.037 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus