Cet article date de plus de 5 ans

Autun : "oyez-oyez" pour le crieur public

En redingote et chapeau haut de forme, un crieur public arpentera les rues d'Autun au moins une fois par mois pour déclamer les messages de la population. La municipalité a souhaité remettre ce vieux métier au goût du jour.
Autun a désormais son crieur public
Autun a désormais son crieur public
La ville d'Autun (Saône-et-Loire) s'est dotée depuis la mi-avril d'un crieur public, qui déclame les messages de la population. Des urnes ont été déposées dans différents points de la ville (centres sociaux, point d'information jeunesse, bibliothèque municipale, commerces) afin de recueillir les bulletins des habitants. 

Il s'agit d'un partenariat, les accueillants de l'urne étant considérés  comme des acteurs de la criée à part entière. Les habitants peuvent alors écrire leurs messages sur des coupons en choisissant leur rubrique: informations de la vie de la cité, coups de coeur, petites annonces, expression libre, avis de recherche, coups de rage...

"Le contenu des messages sera le plus varié possible; il s'agira de pensées ou de messages personnels, de petites annonces, de coups de coeur ou de coups de gueule" a déclaré le comédien et futur crieur public, Yann Lejeune, 32 ans. 



En redingote et chapeau haut de forme, le crieur public arpentera les allées du marché d'Autun "au moins une fois par mois" pour diffuser les messages. Le crieur obéit à une charte du crieur public. Il veille à agir pendant la préparation et pendant la criée avec neutralité, respect et bienveillance. Le crieur est seul responsable de la criée: c'est lui qui choisit de crier certains messages et d'en écarter d'autres. Il est le seul à conserver des informations de contact pour les petites annonces. Tous messages ne respectant pas le code de déontologie du crieur est immédiatement écarté. 

Longtemps tombé dans l'oubli, le crieur public a été réinstauré par des comédiens dans différentes villes comme Paris ou Lyon. Yann Lejeune s'est d'ailleurs inspiré de ce qui se fait à Lyon. Il a proposé son projet de crieur public à la municipalité d'Autun. Celle-ci (notamment les services de la culture, de la communication, et de la cohésion sociale) a souhaité remettre au goût du jour ce vieux métier afin que le virtuel "n'ait pas le monopole de l'échange" et pour créer "un nouvel espace de parole vivante", a déclaré l'adjointe au maire Cathy Nicolao-Valacci.

La municipalité n'a pas embauché le crieur; elle traite avec la Compagnie Arc en scène, dont fait partie le crieur. Vis à vis de la municipalité, il est un prestataire de service. 

Reportage : Caroline Jouret et Gabriel Talon
Montage : Charles Mohrain
Interview : Yann Lejeune ( Alias Augustin Tamar)

durée de la vidéo: 01 min 57
Le crieur d'Autun (71)

 

Les crieurs publics et l'histoire
Le crieur public est une personne chargée d'annoncer au public de l'information. Profession généralement itinérante, sa fonction consiste à se promener dans la localité, s'arrêter à certains endroits (place publique, balcon de l'hôtel de ville, parvis des églises), annoncer sa présence par un appel sonore (tambour, clochette, trompette...) et commencer à lire son texte.

L'existence des crieurs publics était importante dans l'Antiquité (notamment en Grèce), au Moyen Âge (pour l'annonce des ordonnances royales ou des bans urbains), et même jusque dans les années 1960 dans les villages suisses. 

En France, le retour des crieurs publics s'est amorcé dans les années 2000, notamment depuis la publication du roman à succès " Pars vite et reviens tard" de Fred Vargas, dont le personnage principal, Joss Le Guern est au coeur de cette intrigue policière.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite