Pourquoi l'huile de palme mobilise les agriculteurs de Haute-Saône ?

La FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont annoncé le blocage à partir du 10 juin de 13 raffineries et dépôts de carburants à travers la France. Les importations de matières premières comme l'huile de palme mettent en colère le monde agricole.

Image d'archives
Image d'archives © Jean-Marc Loos - maxPPP
Les agriculteurs de la FDSEA du département de la Haute-Saône se rendront sur la zone portuaire pétrolière au nord de Strasbourg. Ils seront présents sur place le mardi 12 juin de midi à minuit, indique la FDSEA 70. Un bus ou des voitures affrêteront les agriculteurs sur place.

"Au départ, c'est l'huile de palme qui est à l'origine de ce mouvement, mais nous avons bien d'autres raisons de nous mobiliser comme la fin des Etats généraux de l'alimentation, la baisse du budget de la PAC, et la montée des cours du pétrole" explique Emmanuel Aebischer de la FDSEA de Haute-Saône.

Le syndicaliste se dit profondément décu par les états généraux de l'alimentation. "On attendait beaucoup des négociations avec la grande distribution, on a l'impression de se faire enfumer" dit-il. 


Pourquoi bloquer les raffineries ? 


A partir du 10 juin au soir et jusqu'au 13, treize raffineries et dépôts de carburant seront bloqués à travers toute la France "pour dénoncer les contradictions du gouvernement sur les accords internationaux et les négociations bilatérales qui autorisent des contingents d'importation complémentaires qui viennent déstabiliser l'ensemble des filières", explique Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA.

Des sites seront bloqués à Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville l'Orcher (Seine-Maritime), Dunkerque (Nord), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Grandpuits (Seine-et-Marne), Vatry (Marne), Strasbourg, Cournon (Puy-de-Dôme), Lyon et Feyzin (Rhône), La Mède (Bouches-du-Rhône) et Toulouse.

L'importation de certains produits comme l'huile de palme dans le collimateur des agriculteurs


"L'huile de palme est ce qui a fait déborder le vase, alors que la filière oléoprotéagineuse française a la capacité de répondre aux besoins des groupes pétroliers", a expliqué M. Despey.

"Non content d'en avoir dans le Nutella, maintenant ce sont 400.000 tonnes d'huile de palme qui vont venir dans les raffineries, donc dans nos voitures", avait déclaré la semaine passée la présidente du syndicat Christiane Lambert.

Le groupe pétrolier français Total a été récemment autorisé par l'Etat à exploiter une bio-raffinerie à La Mède, fonctionnant à l'huile de palme, à la place de sa raffinerie et de sauver ainsi 450 emplois.

Sébastien Raillard agriculteur de Haute-Saône est inquiet. Les récoltes de colza seront aléatoires cette année à cause de la météo, et surtout il craint que les prix chutent avec l'importation par Total d'huile de palme, en provenance d'Asie du Sud-Est.


Les agriculteurs en colère


Huile de palme, viandes, éthano importés en grande quantité


Mais l'huile de palme n'est pas seule en cause et M. Despey liste les "165.000 tonnes de viande bovine, 95.000 tonnes de viande porcine, 100.000 tonnes de volaille, ou encore 600.000 tonnes d'éthanol introduites dans le marché commun avec des distorsions sanitaires et environnementales".

"Ce que nous demandons au gouvernement, c'est qu'avant l'application de toute nouvelle norme, le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture) puisse faire une expertise économique et sociale", a indiqué M. Despey.

Il demande également que soit réintroduit dans la loi Alimentation, examinée la semaine prochaine par le Sénat, un amendement sur l'interdiction d'importer toute denrée produite en utilisant des substances phytosanitaires interdites dans l'Union européenne, même à doses résiduelles.

La région parisienne ne sera pas épargnée. Paris sans carburant sera le symbole de la vision +macroniste+ d'une agriculture sans paysan", a indiqué pour sa part la fédération départementale d'Ile de France de la FNSEA.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter