ARCHIVES. Giscard d'Estaing et la Bourgogne en 5 images

Valery Giscard d'Estaing s'est rendu de nombreuses fois en Bourgogne au cours de sa carrière politique. Dès le début de sa carrière, il est passé par Auxerre. Voici quelques-uns de ses passages les plus symboliques en images.
VIsite de Valéry Giscard d'Estaing à Dijon, le 24 novembre 1975
VIsite de Valéry Giscard d'Estaing à Dijon, le 24 novembre 1975 © FTV
L'ancien Président de la République a effectué de multiples passages en Bourgogne. Retour sur ses visites, en quelques images.

Le 23 avril 1971, le Ministre des Finances se rend dans l'Yonne

Valéry Giscard d'Estaing se rend dans l'Yonne le 23 avril 1971 pour inaugurer le bâtiment régional du Crédit Agricole d'Auxerre.
Une visite en pleine réforme de 1971 pour le Crédit Agricole, qui va pouvoir accorder des prêts non bonifiés : le Crédit agricole va pouvoir exercer pleinement son rôle de banque. 
Le Ministre des Finances Valéry Giscard d'Estaing à Auxerre, pour l'inauguration du Crédit Agricole (23 avril 1974 -archives)
Le Ministre des Finances Valéry Giscard d'Estaing à Auxerre, pour l'inauguration du Crédit Agricole (23 avril 1974 -archives)
 

Le 15 mai 1972 : visite à la foire de Mâcon, en qualité de ministre des finances

 
Valéry Giscard d'Estaing en visite à la foire de Mâcon, le 15 mai 1972 (archives)
Valéry Giscard d'Estaing en visite à la foire de Mâcon, le 15 mai 1972 (archives)
 

26 janvier 1978, voyage en Bourgogne et visite à Beaune

Le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing à Beaune, le 26 janvier 1978 (archives)
Le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing à Beaune, le 26 janvier 1978 (archives)

Les 26 et 27 janvier 1978, Valéry Giscard d'Estaing prononce six discours au cours de son voyage en Bourgogne.
Ce sont trois discours politiques à Auxerre, Montceau-les-Mines et Verdun-sur-le-Doubs (27 janvier 1972), et trois discours à caractère économique et régional devant des assemblées régionales ou professionnelles à Saulieu, Dijon et Beaune.
En outre, le président de la République prononce aussi de brèves allocutions de circonstance dans les localités qu'il a traversé.
Extrait de son discours à Vitteaux (Côte-d'Or) sur le dépeuplement des campagnes
Extrait du discours de Valéry Giscard d'Estaing à Vitteaux le 26 janvier 1978

Extrait de son passage et discours à Beaune, le 26 janvier 1978
Extrait du passage et du discours de VGE à Beaune le 26 janvier 1978

Son passage à Dijon le même jour, et son entretien avec des journalistes de FR3 Bourgogne à la Préfecture
Entretien avec des journalistes de France 3 Bourgogne, à la Préfecture de Côte-d'Or, le 26 janvier 1978
Entretien avec des journalistes de France 3 Bourgogne, à la Préfecture de Côte-d'Or, le 26 janvier 1978
 

Le 26 janvier 1978 à Auxerre, avec J.P. Soisson

Lors de son passage à Auxerre, il fait un discours avec JP.Soisson : celui qui deviendra son "homme de main", le maire d'Auxerre (UDF) déclare : "Les français attendent de celui qu'ils ont élu la voie à suivre et ont la certitude que vous êtes l'homme en charge de essentiel... Vous symbolisez l'unité des français."

Au cours de ce discours, Valéry Giscard d'Estaing rappelle, en plein plan de rigueur : "L'action du gouvernement et l'effort des Français ont permis d'abaisser le taux d'inflation. Ce succès récompensera nos efforts à 3 conditions : clairvoyance et courage, patience et continuité dans l'effort, l'union pour nous adapter au monde nouveau. Ouverture, ténacité, unité sont les 3 voeux que je porte pour la France. Vive Auxerre, vive la France !"

Jean-Pierre Soisson (à g.) alors maire d'Auxerre, reçoit le Président Valéry Giscard d'Estaing le 26 janvier 1978
Jean-Pierre Soisson (à g.) alors maire d'Auxerre, reçoit le Président Valéry Giscard d'Estaing le 26 janvier 1978

 

Le 27 janvier 1978, le discours à Verdun-sur-le-Doubs "du bon choix"

Le 27 janvier 1978, lors de ce séjour en Bourgogne, c'est à Verdun-sur-le-Doubs (Saône-et-Loire) que le Président de la République va prononcer son discours très politique en vue de la prochaine campagne. C'est celui "du bon choix pour la France" (pré-electoral), illustré par 3 paraboles : "la voiture dans le fossé" ou "sur une ligne droite, le nageur a contre-courant" et "la crise, semblable a une épidémie qui vient du dehors."

 
Le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing à Verdun-sur-le-Doubs, le 27 janvier 1978 (archives)
Le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing à Verdun-sur-le-Doubs, le 27 janvier 1978 (archives)
 Extrait du discours à Verdun-sur-le-Doubs, "le bon choix"
Extrait du discours de Valéry Giscard d'Estaing à Verdun-sur-le-Doubs le 27 janvier 1978


Le 27 et 28 avril 1981 : visite à Dijon et à Dole

Valéry Giscard d'Estaing est pleine tournée électorale entre les deux tours de l'élection présidentielle. Il est à Dijon au lendemain du premier tour.
Au cours de son discours, le Président de la République appelle à la réconciliation avec une métaphore sur "l'échange des maillots"  : "Nous venons, en quelque sorte, de disputer un match de sélection avec, ce qui est normal, toute l'ardeur des équipes. Eh bien, faisons le geste de ceux qui, rentrant au vestiaire, veulent témoigner que l'esprit sportif est plus fort que les accrochages qui ont eu lieu sur le terrain. Procédons à l'échange des maillots !"
puis il critique le programme de François Mitterrand qui serait "obligé de gouverner avec les communistes, entraînant le désordre, la tristesse et le déclin."
Le président Valéry GIscard d'Estaing rejoingant la tribune, pour son discours de campagne à Dijon, le 27 avril 1981 (archives)
Le président Valéry GIscard d'Estaing rejoingant la tribune, pour son discours de campagne à Dijon, le 27 avril 1981 (archives)


 
Valéry Giscard d'Estaing en plusieurs dates-clés

2 février 1926
Naissance à Coblence, en Allemagne. Fils d’Edmond Giscard (1894-1982) et de May Bardoux (1901-2003).

1944
À 18 ans, il rejoint la Première armée française du général de Lattre de Tassigny.

17 décembre 1952
Il épouse Anne-Aymone Sauvage de Brantes. Ils auront quatre enfants : Valérie-Anne, Henri, Louis et Jacinte.

1952-1956
Polytechnicien, énarque, il intègre l’inspection générale des Finances. En 1954, il entre au cabinet d’Edgar Faure, alors président du Conseil.

1956
Élu pour la première fois député du Puy-de-Dôme. Il sera réélu député à plusieurs reprises, jusqu’en 2002.

1958
Élu conseiller général du canton de Rochefort-Montagne, jusqu’en 1974.

1962-1974
D’abord secrétaire d’État aux Finances, puis ministre des Finances en 1962.

1967-1974
Maire de Chamalières. De 1974 à 1977, il restera simple conseiller municipal.

27 mai 1974
Est élu président de la République française. Il avait annoncé sa candidature depuis la mairie de Chamalières.

21 mai 1981
Perd la présidentielle face à François Mitterrand.

Mars 1982
Revient en politique. Est élu conseiller général de Chamalières.

1986-2004
Président du Conseil régional d’Auvergne en 1989. Réélu en 1992 et 1998.

1988-1996
Président de l’UDF.

1989-1993
Tête de liste UDF-RPR, il est élu député européen.

Juin 1995
Perd la municipale à Clermont, à 861 voix près.

2001-2004
Président de la Convention sur l’avenir de l’Europe.

Décembre 2003
Est élu à l’Académie française, au fauteuil de Léopold Sédar Senghor.

Mars 2004
Est battu aux élections régionales en Auvergne.

2008
Mise en vente de Varvasse, à Chanonat. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage société politique