• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Changements climatiques : 3 conférences dans le Haut-Doubs pour rappeler l'importance des zones humides

© LAPERDRIX Elise
© LAPERDRIX Elise

Trois conférences sont présentées dans le Haut-Doubs ce jeudi et le 28 mars, pour rappeler l'importance des zones humides dans la lutte contre les changements climatiques et sensibliser les populations. Détails.

Par Lucie Thierry

Dans le Haut-Doubs, les années vont passer et se ressembler. 2018 et sa sécheresse exceptionnelle n’est qu’un aperçu du climat qui sera la norme dans les années à venir. Les zones humides sont indispensables à notre adaptation au changement climatique. Pour rappeler l'importance de ces environnements naturels, trois conférences organisées par le Syndicat Mixte Haut-Doubs Haute-Loue ont lieu ce jeudi 21 mars et 28 mars à Pontarlier, aux Gras et à Salins-les-Bains.
 

3% de la surface des continents


Elles permettent de stocker le trop-plein d’eau en période de crue, et de restituer une partie de ce stock en période de sécheresse. Allié indispensable de nos rivières et nappes phréatiques, elles les aident à résister aux assèchements. Les zones humides de type tourbières, nombreuses sur le massif jurassien, jouent également un rôle important dans le cycle du carbone : bien qu’elles ne couvrent que 3% de la surface des continents, elles stockent deux fois plus de carbone que toutes les forêts de la planète. Mais lorsqu’elles sont drainées et asséchées, elles rejettent de grandes quantités de CO2 dans l’atmosphère…

Face aux effets du changement climatique, accrus par la demande croissante en eau sur notre territoire, les programmes visant à protéger et à restaurer les zones humides sont essentiels. En effet, le Doubs est une zone attractive où la population ne cesse de s’accroître, en particulier au niveau de la bande frontalière avec la Suisse. Selon les projections démographiques de l’INSEE, d’ici 2050, le Doubs gagnerait entre 29 000 et 37 000 habitants.
 

Milieux naturels les plus menacés


Début 2019 Frédérique Tuffnell, députée de la Charente-Maritime, et Jérôme Bignon, sénateur de la Somme, ont rendu un rapport sur la restauration et la valorisation des milieux humides intitulé « Terres d’Eau, terres d’avenir ».

Leur conclusion est alarmante : malgré leur utilité et les immenses services rendus à notre environnement, « les zones humides se situent aujourd’hui en tête des milieux naturels les plus menacés ».

En France, le rapport du Préfet Bernard paru en 1994 estimait que dans notre pays, plus des deux-tiers des zones humides avaient disparu depuis le début du 20è siècle dont 50 % entre 1950 et 1990. Le Doubs et le Jura ne sont pas épargnés. Pourtant « aucune loi interdit la destruction de ces milieux humides en dessous de 1000 mètres carrés » précise Geneviève Magnon, Chargée de mission au syndicat Mixte Haut-Doubs Haute-Loue.
 

Sensibiliser les citoyens


Face à la méconnaissance du grand public à ce sujet, le rapport préconise : « une sensibilisation accrue à destination des élus des territoires, et plus largement de l’ensemble de nos concitoyens ».

Améliorer les connaissances, cartographier ces zones, travailler à leur sauvegarde et restaurer ce qui peut encore l’être… Le chantier est vaste, la tâche immense à hauteur des enjeux : lutter contre le réchauffement climatique et préserver la biodiversité. « Il faut passer à une politique d’anticipation » insiste Geneviève Magnon.
 

D’ici cet été 2019, le syndicat mixte Haut-Doubs Haute-Loue, lancera quatre chantiers de restauration de tourbières, celle de Malpas notamment, un travail entamé en 2018. Ces restaurations s’inscrivent dans le cadre du programme européen Life Tourbières. Il concerne 60 tourbières au sein des 16 sites Natura 2000 du Doubs et du Jura.

Les travaux serviront à réhabiliter 600 hectares d’habitats et permettront d’améliorer le fonctionnement de 35 % des surfaces tourbeuses du territoire. Aujourd’hui 20 mars, journée mondiale des zones humides, le syndicat propose 3 dans le Doubs et le Jura. Le thème porte cette année sur le changement climatique, enjeu majeur pour le bassin versant du Haut-Doubs et de la Haute-Loue.
 

Programme des conférences :


Jeudi 21 mars à 20h à Pontarlier – salle Morand : L’intérêt de restaurer les zones humides dans la perspective du changement climatique
Jeudi 21 mars à 20h aux Gras – salle des fêtes : De l’inventaire à la restauration des milieux humides
Jeudi 28 mars à 20h à Salins-les-Bains – Salle Poupet de la mairie : Rôle et importance des zones humides dans le contexte de changement climatique
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : de nombreuses animations vous attendent pour le Mois des Climats !

Les + Lus