Nièvre : à quoi servira le peloton de gendarmerie d'élite à Château-Chinon ?

A la demande d'élus de la Nièvre, un peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie Nationale (PSIG) va s'installer à Château-Chinon. Ces militaires vont permettre de répondre à toute sollicitation pour couvrir le Morvan.
© Nathalie Zanzola France Télévisions

Les premiers militaires arriveront début Juillet. C'est une demande formulée par le Colonel Sébastien Baudoux du groupement départemental de la Nièvre, mais réclamée de longue date pour renforcer les effectifs dans le Morvan. Le député de la Nièvre LREM Patrice Perrot et la maire de Nevers Chantal-Marie Malus (DVG) ont relayé cette demande en février dernier auprès de Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur. La reqûete a été acceptée fin mai.

Un PSIG, c'est quoi ?

Le PSIG, c'est un peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie Nationale.
Selon le Commandant Baudoux, "ce sont des militaires entraînés, sachant mener des opérations nécessitant une certaine technicité face à des individus armés. Ils sont sélectionnés pour leurs capacités physiques et d'intervention."

Ces militaires sont à même de pouvoir appréhender des forcenés, des personnes violentes (sur fond d'alcoolisation) et mener des missions d'interpellation dans la lutte contre le trafic de stupéfiants.
Leurs interventions pourront aussi survenir la nuit. 
Ils seront parfois sollicités "en appui avec les gendarmes du groupement de Nevers, les PSIG ont vocation à travailler ensemble." confirme le Commandant Baudoux.
Ils rempliront aussi des missions en support de gendarmerie judiciaire et de permettre "de faire du renseignement"

Aucun militaire formé à moins d'une heure

La maire de Château-Chinon, Mme Chantal-Marie Malus (DVG) se félicite de l'arrivée des premiers gendarmes début juillet pour constituer le Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie : "Pour l'instant, nous attendons 8 gendarmes et leurs familles, ils s'installeront début septembre. Nous leur cherchons des logements."
La nécessité d'obtenir des personnels supplémentaires de Gendarmerie à Château-Chinon se justifie par les délais de route assez long pour rejoindre le Morvan, depuis Nevers ou Cosne-sur-Loire: "aucun groupement d'intervention ne pouvait intervenir en moins d'une heure."

A la suite des attentats de 2015, le ministre de l’Intérieur de l'époque avait souhaité qu'aucun Français ne soit à plus de 20 minutes d'intervention. A l'époque, les autres PSIG présents en Bourgogne avaient vu leur moyens matériels renforcés avec gilets-pare-balles et fusils d'assaut.

La maire de Château-Chinon voit, au-delà de cette présence rassurante de ces hommes sur sa commune, l'arrivée de nouvelles familles sur le territoire : "Cela va permettre d'accueillir aussi des familles supplémentaires sur notre commune." Château-Chinon comptait 1926 habitants en 2018.
 

Des gendarmes entraînés présents sur tous les territoires

Le colonel Stéphane Baudoux, commandant du Groupement départemental de Gendarmerie de la Nièvre, rappelle que la présence d'un PSIG par compagnie de gendarmerie est cohérent : "il faut obtenir la même sécurité dans tous les territoires."
Le Morvan n'est pas devenu en quelques années un haut lieu de la criminalité, mais le Commandant précise que "les dernières violences par arme à feu à l'encontre de gendarmes se sont déroulées dans la Nièvre."
Sur des interventions du quotidien, il y a parfois des violences à l'encontre des Gendarmes, des opérations banales peuvent déraper "face à des individus déterminés".
De plus, les récents faits divers comme la traque de Thierry Dupin en Dordogne, ou  celle de Valentin Marcone dans le Gard, ou pire, les 3 gendarmes tués à Saint-Just dans le Puy-de-Dôme en fin d'année 2020  rappellent que les militaires sont souvent confrontés à des personnes armées dans des situations tendues, même dans les zones rurales.

Opérationnels d'ici la fin d'année 2021

Si les effectifs arriveront sur place au début de l'été, le Commandant Baudoux annonce que le peloton sera "opérationnel durant le dernier trimestre 2021" : il faut en effet que "les hommes prennent l'habitude de travailler ensemble, et il faut s'installer !"
L'effectif du peloton devrait atteindre 10 hommes d'ici le début de l'année 2022.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société