"Cigales cherchent fourmis"... Les Cigales, ces clubs de citoyens qui financent avec leur argent des projets alternatifs et engagés

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sarah Rebouh

Connaissez-vous les Cigales ? Ces groupes de citoyens proposent leur soutien à ceux et celles qui montent des projets alternatifs en Bourgogne-Franche-Comté. Ils les aident au financement mais pas que... On vous explique.

Les "clubs Cigales" existent depuis 40 ans en France. Cigales signifie "Clubs d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire". Composés d'une quinzaine de personnes en moyenne, ces groupes ont pour but de financer et accompagner des projets engagés sur des territoires. Il existe 11 clubs en région Bourgogne-Franche-Comté, et environ 200 en France.

"Chaque cigale, à l'année, peut faire une capitalisation d'épargne de 5 à 6 000 euros pour financer des projets. Sur dix ans, on a pu accompagner 225 porteurs de projets et financer 108 projets. On a prêté 265 000 euros" nous explique Daniel Hincelin, très investi dans le développement des cigales au niveau régional.

Lui, par exemple, n'a pas une épargne conséquente mais investit à hauteur de 30 euros par mois dans sa Cigales pour permettre une redistribution sur des projets auxquels il croit profondément. "Chacun peut faire quelque chose avec son argent et son réseau pour accompagner des porteurs de projets. On finance mais on apporte aussi toutes nos ressources en matière de formations, réseau et compétences. C'est aussi un lieu de culture économique et populaire" détaille-t-il.

L'essentiel c'est l'esprit. C'est la manière dont le local peut accompagner des projets qui ont du sens, dans lesquels les gens s'y retrouvent.

Daniel Hincelin, membre d'une Cigales

Comment ça fonctionne ?

Les Cigales reçoivent des personnes, baptisées "des fourmis", qui ont des besoins en financement. "On est très autonomes dans notre décision. On a des coups de coeur et on peut accompagner en fonction de ce qui nous relie aux personnes. C'est du gagnant gagnant. On met de notre temps, de notre argent donc on a encore plus envie que les gens réussissent. Et cela crée une communauté" poursuit Daniel.

En moyenne, même si cela peut évidemment varier, six projets sont accompagnés et deux sont financés par an et par Cigales. L'accompagnement peut durer sur plusieurs années. La monnaie locale La Pive, les Pompes Funèbres Coopérative de Dijon, le Magasin Coopératif La Cambuse à Lons-le-Saunier ou encore la compagnie de Cirque-Théâtre Équestre Jehol ont été aidés par des cigaliers.

Daniel Hincelin nous cite également l'exemple de "L'îlot, magasin café-cantine" à Ornans, une cantine épicerie bio ou encore "Du vent dans les fleurs“, un café-cantine et une épicerie solidaire pour faire revivre le village de Montcenis, en Saône-et-Loire.

Être cigalières ou cigaliers, c’est être humains, chacun avec sa richesse et son expérience, avec des chemins et des horizons différents, mais tous complémentaires.

Lettre d'information des Cigales

Les Cigales interviennent de plusieurs manières concernant les aides au financement. Quand il s'agit d'une entreprise à but lucratif, des parts minoritaires dans la société peuvent être prises. "Quand on est au capital, on peut participer aux comptes courants d'associés, ce qui équivaut à un prêt" explique Daniel Hincelin. De nombreuses associations sont également aidées. C'est le cas par exemple de l'association La Furieuse, gérante du café-restaurant associatif Le Pixel à Besançon.

"Pour les associations, on peut faire des apports avec droit de reprises ou prêt d'honneur. Les deux sont à un taux de 0%" poursuit-il, tout en précisant que l'argent est récupéré dans les années qui suivent, après un accord passé avec les porteurs ou porteuses de projets.

Comment devient-on Cigalier ?

"Le côté financier ne doit pas être un obstacle. C'est important de le dire, car beaucoup de gens pensent ne pas pouvoir participer faute d'argent de côté. On a une variété de personnes représentants la société civile, qui par leur réseau, leurs compétences sont capables d'apporter" prévient d'emblée Daniel Hincelin. Chacun ou chacune peut rejoindre une Cigale ou en créer une nouvelle avec l'aide d'autres citoyens. D'ailleurs, plusieurs sont actuellement en création notamment du côté de Belfort, Lure, Ornans, ou encore Saint-Amour et Cluny.

On a une charte, on a des règles bien sûr mais ce sont les gens qui décident de la manière dont on participe au projet. C'est notre argent, qu'on prête à des gens qu'on a en face de nous.

Daniel Hincelin, Cigalier

Cigales cherchent fourmis

Samedi 28 mai, cinq rencontres "appel à projets annuel" sont organisées en Bourgogne-Franche-Comté. Les lieux de rencontre sont Besançon (25), Audincourt (25), Quetigny (21), Montcenis-Le Creusot (71) et Champagnole (39). Plusieurs "clubs cigales" seront présents. Baptisées “CIGALES cherchent FOURMIS“, ces rencontres ont pour but de mettre en lien les clubs de la région et les porteurs de projets en recherche d’accompagnement et/ou de financement.

Plus d'informations :

Association des CIGALES Bourgogne Franche-Comté
Tel : 06 88 50 12 63
Email : cigales.bourgognefranchecomte@gmail.com
Site internet : www.cigales-bourgognefranchecomte.fr