Coronavirus Covid-19 : la solidarité s'organise en Franche-Comté grâce à la plateforme “jeveuxaider”

La plateforme jeveuxaider.gouv.fr a été lancée lundi 23 mars 2020. Image d'illustration. / © Dylan Meiffret/Maxppp
La plateforme jeveuxaider.gouv.fr a été lancée lundi 23 mars 2020. Image d'illustration. / © Dylan Meiffret/Maxppp

Alors que les actions de solidarité se multiplient en pleine épidémie du coronavirus, certains viennent en aide aux personnes âgées grâce à la plateforme numérique jeveuxaider.gouv.fr. Exemples dans le Doubs et dans le Jura. 

Par Mary Sohier

Les bras chargés et le sourire aux lèvres, Corentin Comte, 18 ans, arrive chez Monique Lenormand, 89 ans. Le jeune homme est venu lui apporter ses courses gratuitement. "En ce moment, avec tout ce qu'on entend, j'évite de sortir. Ma fille habite dans le sud et mon fils dans la Marne. Je n'ai personne ici, en Franche-Comté. Heureusement que Corentin est là. Et puis, il est bien sympathique", nous glisse-t-elle.
 

"Je prépare le baccalauréat le matin et j'aide Monique l'après-midi"


Pourtant, il y a encore 24 heures, Corentin et Monique ne se connaissaient pas. Tous deux ont pu se rencontrer grâce à la plateforme jeveuxaider.gouv.fr. Corentin s'y est inscrit comme "volontaire" pour aider les personnes plus démunies et isolées en cette période de confinement et Monique avait été inscrite par sa fille comme "bénéficiaire". La mairie de Quingey, dans le Doubs, où ils habitent tous les deux, s'est ensuite chargée de les mettre en relation. "Je suis allé chez Monique, en prenant toutes les précautions nécessaires et en adoptant bien sûr les gestes barrières. Nous avons fait ensemble la liste de courses." Quelques heures plus tard, les placards et le frigo de Monique étaient plein. "Je prépare le baccalauréat le matin et j'aide Monique l'après-midi. J'ai le permis, je suis jeune. Je me suis dit qu'il fallait que j'aille aider. Pour moi, c'est normal. 
 

Des volontaires de plus en plus nombreux


Comme Corentin, pas moins d'une cinquantaine de personnes s'est portée volontaire pour aider les personnes âgées de Quingey, via la plateforme. Bien plus que les 30 bénévoles espérés par Jean-Michel Roy, adjoint au maire en charge de la culture, de la vie associative et de l'action sociale : "C’est positif. C’est très chouette. Il y a une vraie solidarité qui s'organise. On va pouvoir diversifier les missions. Les bénévoles qui habitent le plus loin pourront se charger des coups de téléphone aux personnes âgées et les volontaires les plus proches, des trajets."

L'outil en ligne jeveuxaider.gouv.fr a été présenté dimanche 22 mars par le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, lors de journal télévisé du 20h sur France 2 : "Cette épidémie il nous faut l’affronter en solidaire et non en solitaire. Les associations nous remontent aujourd’hui des difficultés à accomplir leurs missions vitales."
 

La commune de Quingey n'est pas la seule en Franche-Comté à utiliser la plateforme en ligne. À Déservillers, village de près de 350 habitants, le maire, Nathalie Van de Woestyne, a publié une annonce sur le site"On veut conserver notre proximité et l'entraide. On sait aussi que ce confinement est une source d'anxiété pour les personnes âgées. On veut éviter cela au maximum", nous explique-t-elle. Pour l'instant, onze personnes se sont portées volontaires. Désormais, l'édile écume toutes les boîtes aux lettres des personnes âgées de la commune pour les informer de ce service. 
 
Courrier distribué aux personnes âgées à Déservillers. / © Nathalie Van de Woestyne - DR
Courrier distribué aux personnes âgées à Déservillers. / © Nathalie Van de Woestyne - DR


"Anticiper le ravitaillement"

La mairie de Montmorot, dans le Jura, a elle aussi déposé une annonce pour trouver des bénévoles. Dans cette commune de plus de 3.000 habitants, près de 600 sont âgés de plus de 75 ans. Pour le moment, la solidarité entre amis et entre voisins fonctionne assez bien. Toutefois, le maire, André Barbarin, se veut prudent : "Aujourd'hui, il n'y a pas de problème majeur. Mais qu'en sera-t-il par la suite si le confinement se durcit ? On essaie d’anticiper le ravitaillement. Les commerçants sont prêts à fournir mais se pose le problème de la livraison. C'est pour cela que nous cherchons des volontaires." Quelques personnes se sont manifestées mais la mairie espère bien que d'autres volontaires se porteront candidats à ce service de livraison.
 

Découvrez les communes ayant recours à la plateforme "jeveuxaider" (màj le 25/03/2020) :


 

Les 5 règles de sécurité des volontaires

  • En toutes circonstances, je fais en sorte de garder ma distance de sécurité d’au moins un mètre avec les bénéficiaires et les autres bénévoles.
  • En toutes circonstances, j’applique les gestes barrières pour me protéger et protéger les bénéficiaires et les autres bénévoles.
  • Je suis un ambassadeur des règles de sécurité et des gestes barrières que j’explique et promeus auprès des bénéficiaires et des autres bénévoles.
  • Au moindre doute d’infection, sans attendre, j’informe l’association et je reste chez moi.
  • Âgé de 70 ans ou plus ou porteur d’une maladie chronique, je ne m’engage que dans des missions à distance, depuis mon domicile, pour protéger au maximum ma santé et celle des autres.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus